Le groupe PSA s’écroule en Chine au premier trimestre 2019

Publié le par

Ses ventes en Chine et en Asie du Sud-Est se sont effondrées de près de 60 % sur les trois premiers mois de l’année 2019.

Le groupe PSA s'écroule en Chine au premier trimestre 2019

Sur un marché chinois qui se contracte au premier trimestre 2019, enregistrant une baisse de 14 % sur cette période pour un total de 5,3 millions de véhicules particuliers immatriculés, le groupe PSA subit une véritable chute libre (- 60 %) dans cette région Chine qui englobe la Chine et l’Asie du Sud-Est.

Une baisse de 60 % au premier trimestre

Sur cette période, le groupe français n’aura commercialisé que 36 000 unités. Si l’on se projette sur l’ensemble de l’année, le constructeur ne dépasserait pas les 100 000 immatriculations dans cette région. Pour rappel, le constructeur commercialisait encore 742 000 véhicules en 2014 avant d’enregistrer un recul de 1 % en 2015, - 16 % en 2016, - 37 % en 2017 et - 34 % en 2018.

La joint-venture responsable de tous les maux

Lors du salon de Genève, en février dernier, Carlos Tavares n’avait pas caché son agacement face à ces mauvais résultats en Chine qui renforçaient dangereusement la dépendance du groupe au marché européen (90 %). Le président du directoire pointait du doigt les problèmes de fonctionnement de la joint-venture, reprochant sans citer Dongfeng, le « manque d’agilité » de son partenaire chinois. Rappelons que Dongfeng est l’un des trois actionnaires du groupe avec l’État français et la famille Peugeot.

Un problème de produits : le SUV

Outre ces problèmes de fonctionnement de la joint-venture, le groupe PSA doit en réalité faire face à une forte concurrence des constructeurs chinois dont les ventes de SUV bon marché ne cessent de progresser. À ce rythme, les modèles SUV du groupe français n’ont désormais plus aucune visibilité dans un pays comme la Chine. Pour redresser la barre, le groupe PSA va certainement devoir revoir l’ensemble de ses produits en Chine afin de les adapter à cette évolution de la demande intérieure, ce que n’avait pas déclaré Carlos Tavares à Genève.

Voir aussi :

En partenariat avec le En partenariat avec CNPA
A la une
La quotidienne Auto-infos