Le groupe Renault enregistre une baisse de 6,7 % de ses volumes au premier semestre 2019

Publié le par

Malgré des résultats stables en Europe, les ventes mondiales du groupe Renault ont reculé de 6,7 % au premier semestre 2019.

Le groupe Renault enregistre une baisse de 6,7 % de ses volumes au premier semestre 2019

À l’instar de son rival français PSA, le groupe Renault enregistre de mauvais résultats sur le premier semestre 2019. Seule différence majeure : la moindre dépendance du groupe en Europe (55 %) qui lui permet ainsi de s’en sortir beaucoup mieux sur d’autres marchés en croissance.

Stabilité en Europe

Sur le premier semestre, le groupe Renault a, en effet, vendu 1 938 579 véhicules, soit un repli de 6,7 % dans un marché en baisse de 7,1 %. Les ventes sont restées stables en Europe dans un marché en baisse de 2,5 %. Dans les régions hors d’Europe, les ventes du groupe sont en forte baisse.

Le segment B du groupe confirme son succès en Europe (Clio, Captur, Sandero) ainsi que le nouveau Duster. La Clio demeure le deuxième véhicule le plus vendu en Europe et le Captur est le premier crossover de sa catégorie. Les ventes des VU ont aussi contribué, avec un volume en hausse de 7,5 % sur un marché VU européen en hausse de 3,7 %.

En Chine notamment, les volumes du groupe sont en baisse de 23,7 % sur un marché en recul de 12,7 %. Le constructeur est dans l’attente du lancement au second semestre de la Renault City K-ZE, la nouvelle citadine électrique.

Incertitude en Russie

En Russie, deuxième pays du groupe en volume de ventes, le groupe Renault est leader avec une part de marché de 28,8 %, en hausse de 0,45 point. Les ventes baissent de 0,9 % sur un marché en repli de 2,4 %. Lada enregistre une hausse de 2,5 % à 174 186 véhicules vendus, avec une part de marché de 21 % (+ 1 point) grâce au succès du renouvellement de sa gamme. Lada Granta et Lada Vesta sont les deux véhicules les plus vendus en Russie. Les volumes de la marque Renault sont en baisse de 9,1 % à 64 431 véhicules vendus, en attendant la commercialisation d’Arkana sur le second semestre.

Enfin, il convient de souligner la bonne performance du constructeur au Brésil avec une hausse des immatriculations de 10,5 %.

Pour la deuxième partie de l’année 2019, le constructeur anticipe un marché mondial en baisse sans toutefois préciser quelle sera cette évolution pour lui-même.

Voir aussi :

En partenariat avec le En partenariat avec CNPA
A la une
La quotidienne Auto-infos