Le groupe Renault et Faurecia s’unissent sur les systèmes de stockage à hydrogène

Publié le par

L’équipementier et le constructeur automobile ont annoncé leur intention de collaborer dans le domaine des systèmes de stockage d’hydrogène pour des véhicules utilitaires légers.

© groupe Renault
© groupe Renault

« Cette collaboration sur les réservoirs à hydrogène s’inscrit dans notre stratégie visant à offrir une solution hydrogène prête à être commercialisée sur le marché du véhicule utilitaire léger et à atteindre une part de plus de 30 % de ce marché en forte croissance en Europe », explique Gilles le Borgne, directeur de l’ingénierie du groupe Renault.

Dans cette course énergétique, l’idée de l’hydrogène fait progressivement son chemin dans le paysage automobile. Mais les modèles et infrastructures demeurent peu nombreux – pour ne pas dire rares –, laissant pour l’heure sur le devant de la scène les motorisations hybrides rechargeables et 100 % électriques. Ainsi, à compter de la fin de l’année, Faurecia fournira au groupe français des systèmes de stockage à hydrogène pour une première flotte de véhicules utilitaires légers. Ces systèmes seront développés et produits dans son centre d’expertise mondial de Bavans (25), en France. En fonction des volumes, l’augmentation de la production sera étendue à une nouvelle usine dédiée aux systèmes de stockage d’hydrogène que Faurecia projette de construire à Allenjoie, toujours dans le département du Doubs.

« Ce partenariat est une illustration importante de notre vision commune concernant l’expansion de l’utilisation de l’hydrogène comme pierre angulaire de la transition énergétique et de la mobilité zéro émission, complète Mathias Miedreich, vice-président exécutif de Faurecia Clean Mobility. La technologie hydrogène pour les véhicules électriques est appelée à prendre une place importante dans le mix de motorisation d’ici à 2030 et, à ce titre, Faurecia consacre d’importantes ressources pour accélérer son déploiement ». Les VUL sont donc au cœur de cette stratégie commune et seront les premiers à bénéficier des résultats. En janvier 2021, le groupe Renault s’était déjà engagé sur la trajectoire de l’hydrogène aux côtés de Plug Power dont l’objectif final était la création d’une coentreprise à parts égales qui sera implantée en France d’ici la fin du premier semestre.

Voir aussi :

En partenariat avec le En partenariat avec CNPA
A la une
La quotidienne Auto-infos