Le groupe Renault stoppe la commercialisation de véhicules particuliers en Chine

Publié le par

Le constructeur français met un terme à sa coopération avec Dongfeng Motors en Chine au niveau du véhicule particulier tout en annonçant se rencontrer sur le véhicule utilitaire et l’électrique dans ce pays.

© Groupe Renault
© Groupe Renault

Suite aux besoins de restructuration en Europe et en raison de l’épidémie de Covid-19 qui a certainement accéléré encore les choses, le groupe Renault a décidé de mettre un terme à la commercialisation de véhicules particuliers thermiques en Chine.

Transfert des activités DRAC à Dongfeng

Ce n’est pas une surprise tant l’avenir dans ce pays à l’arrêt depuis plusieurs mois, suite au confinement, est plus que jamais incertain. Dans un communiqué en date du 14 avril 2020, le constructeur français annonce avoir conclu un accord préliminaire avec Dongfeng Motor Corporation en vertu duquel Renault transfère ses actions au constructeur chinois. DRAC cessera ainsi ses activités liées à la marque Renault. Le constructeur continuera néanmoins de fournir un service après-vente à ses clients dans le pays. Par ailleurs, Renault et Dongfeng poursuivront leur coopération avec Nissan sur les moteurs de nouvelle génération, comme la fourniture de composants à la DRAC et la licence diesel à Dongfeng Automobile Co., Ltd. Renault et Dongfeng s’engageront aussi dans une coopération innovante dans le domaine des véhicules connectés intelligents.

Se concentrer sur le véhicule utilitaire et électrique

Le constructeur français n’abandonne pas pour autant l’ensemble de ses activités en Chine puisqu’il affirme vouloir se concentrer sur le véhicule utilitaire et sur le véhicule électrique. Son joint-venture Renault Brilliance Jinbei Automotive Co., Ltd. (RBJAC), lancé en décembre 2017, sera le pilier de l’activité VU du Groupe Renault en Chine. Pour rappel, Jinbei a enregistré un total de 1,5 million de clients en Chine pour 162 000 ventes en 2019.

Au niveau du véhicule électrique, le constructeur a lancé récemment en Chine son modèle City K-ZE, premier VE. Le groupe prévoit aussi de renforcer son partenariat avec Nissan et Dongfeng au sein de la coentreprise eGT pour faire de K-ZE une voiture mondiale. Un dérivé basé sur le concept « Dacia Spring » sera commercialisé en Europe à partir de 2021. Pour rappel, l’entreprise JMEV a été créée en 2015. Elle ambitionne de couvrir 45 % du marché chinois des VE en 2022 avec quatre modèles principaux.

Voir aussi :

En partenariat avec le En partenariat avec CNPA
A la une
La quotidienne Auto-infos