Le groupe Sofibrie et Renault inaugurent le premier Renault City

Publié le par

Partenaires depuis 50 ans, la marque au losange et la famille Sofibrie inscrivent une nouvelle étape dans leur engagement mutuel. Cet investissement commun sera exploité au minimum trois ans.

Le groupe Sofibrie et Renault inaugurent le premier Renault City

Ouvert au public depuis le 24 octobre dernier, le nouvel écrin de la marque au losange a trouvé sa place au rez-de-chaussée du centre commercial Val d’Europe à Serris (77). Contrairement aux pop-up store lancés à Metz (57) et Angers (49) en 2018 sur une période de cinq semaines, Renault a souhaité, cette fois-ci, s’établir dans un local fixe pour une durée minimum de trois ans (renouvelable). « À travers ce concept, nous avons souhaité repenser la distribution automobile, explique Philippe Havard, directeur général du groupe Sofibrie, créé en 1981 et présent en Seine-et-Marne depuis quatre ans. Il s’agit d’avoir une présence différente et de se rapprocher au plus près des clients afin de leur faire découvrir tous les métiers de notre filière ».

Avec ce nouveau format, Renault s’assure également une visibilité dans la mesure où le centre commercial draine 19 millions de visiteurs par an. « C’est une première réponse durable de Renault à la nécessité de faire connaître notre marque et nos produits auprès du plus grand nombre, confirme Ivan Segal, directeur commercial France. Ce n’est pas un showroom éphémère mais un lieu pensé et conçu pour durer et évoluer au fil du temps ».

Un accueil personnalisé

Le showroom de 150 m2, baigné de lumière, met en lumière les nouveaux standards de la marque, tout en accordant une place prépondérante au digital. Ainsi, quatre écrans occupent chacun des murs favorisant ainsi une immersion dans l’univers de la marque. Les clients peuvent y personnaliser, configurer ou encore acheter leur future voiture. Ils sont accueillis par cinq ambassadeurs et un responsable commercial du nom d’Alexandre Weiss, chargé de superviser et finaliser les ventes. Au sein de l’équipe, la parité des sexes est respectée. L’ensemble de l’équipe souligne que leur mission n’est en aucun cas liée à la vente. « D’ailleurs, aucun d’entre eux ne justifie d’un parcours de formation dans le secteur de la vente, précise Cathy Havard, directrice générale du groupe Sofibrie. Si l’expérience est concluante, nous pourrions envisager d’utiliser ce poste d’ambassadeur comme un canal de formation interne ».

Des produits mis en avant

Au centre du local trônent une Clio IV ainsi qu’une Zoe seconde génération. Véritable vitrine de l’actualité du généraliste français, les nouveautés y seront systématiquement exposées. Ainsi, la Renault Captur remplacera dans les prochains jours la Clio IV. La Zoe, elle, n’est pas prête de céder sa place : en étant physiquement présentée, Renault veut permettre au public d’apprivoiser la technologie électrique. Un choix qui semble fonctionner à entendre les exclamations des passants à la vue de la petite citadine.

Avant de passer par la case achat, les clients peuvent également essayer les véhicules de la gamme sur place. Cinq modèles sont stationnés à proximité du centre commercial. D’autres voitures peuvent également être acheminées depuis la concession du groupe Sofibrie située à Chanteloup-en-Brie (77), à seulement deux kilomètres du Renault City. Une fois la vente conclue, les livraisons seront effectuées dans ce point de vente afin « de ne pas polluer la relation avec les clients au Renault City, explique Alexandre Weiss. Nous voulons que les clients se sentent considérés et placés au centre de nos priorités ». Trois semaines après l’ouverture du site, les équipes enregistrent déjà quelques bons de commande.

Vers le déploiement d’un nouveau format ?

Si plusieurs constructeurs développent ce nouveau concept - comme Tesla et Nissan respectivement présents à Vélizy 2 depuis 2016 et 2019 - ce Renault City a une valeur de test pour l’ouverture d’autres points sur le territoire national. « D’autres formats sont à l’étude. Pour autant, certains services comme la révision et l’entretien se feront toujours dans une concession physique comme base arrière », confirme Benoit Alleaume, directeur du réseau France de Renault. La marque au losange se donne une année de réflexion en fonction des résultats obtenus.

Voir aussi :

En partenariat avec le En partenariat avec CNPA
A la une
La quotidienne Auto-infos