Le groupe Volkswagen prépare sa transformation

Publié le par

Le groupe Volkswagen prépare sa transformation

Lors de son Assemblée Générale Annuelle qui s’est tenu le 4 mai 2018 sous l’égide de son nouveau Président du Directoire, Herbert Diess, le groupe Volkswagen a rappelé l’importance de la transformation de l’entreprise. Laquelle passe à la fois par un changement culturel et le programme Strategy 2025 basé sur l’électromobilité.

Un changement culturel de l’entreprise

"Nous n’en sommes qu’au début. Les années à venir seront cruciales pour notre transformation", a rappelé Herbert Diess, Président du Directoire. "Le Groupe Volkswagen est en pleine forme, tant en termes opérationnels que financiers. Notre stratégie porte ses fruits. Nous nous attaquons systématiquement aux grands enjeux automobiles du futur". Et d’ajouter : "Il faut notamment accélérer le changement culturel de l’Entreprise, un élément crucial pour le succès de Volkswagen. Volkswagen doit devenir plus honnête, plus transparent et plus sincère. En d’autres termes : une entreprise citoyenne irréprochable ».

Pour ce faire, Volkswagen prévoit entre autres d’étendre son système interne de lancement d’alerte. L’Entreprise veut également renforcer la fonction Compliance et la rendre encore plus professionnelle. À titre d’exemple, les relations avec les fournisseurs seront étroitement alignées sur les principes de conformité. Outre l’amélioration des structures et processus, le programme s’attachera à ancrer l’éthique dans la culture de l’Entreprise. Ce rôle sera en particulier dévolu aux managers.

Changement de la structure de direction

Le nouveau Président du Directoire a profité de l’Assemblée Générale Annuelle pour expliquer aux actionnaires la nouvelle structure de direction du Groupe Volkswagen annoncée lors de sa prise de fonction le 13 avril. « Volkswagen doit agir plus rapidement, systématiquement et efficacement - tant au niveau de la prise de décisions que de la mise en œuvre. En d’autres termes, nous devons transformer ce qui est aujourd’hui un ‘supertanker’ lent et peu maniable en une puissante flotte de hors-bords », a déclaré le Président du Directoire en présentant l’objectif de la nouvelle structure de l’entreprise, laquelle sera peaufinée et mise en œuvre dans les mois à venir.

Le nouveau modèle prévoit la création de pôles de marques qui seront organisés par segment de clientèle ou gamme de prix. Le Groupe espère que cela se traduira par une responsabilisation accrue, une plus grande efficacité et de meilleures synergies. Le deuxième élément central est la répartition des tâches de coordination entre un plus grand nombre de personnes au sein du Groupe. « Cela favorisera la responsabilité mutuelle et une interdépendance positive - ce qui contribuera à son tour à améliorer la collaboration et à renforcer la nature contraignante des décisions et de leur mise en œuvre », a expliqué Herbert Diess. Le principe prépondérant de la nouvelle structure est la subsidiarité. Cela signifie que les décisions seront prises au plus près des opérations.

Homologation WLTP : la grande inconnue

Le Président du Directoire a également réaffirmé son optimisme pour l’exercice 2018. Les ventes et le chiffre d’affaires record réalisés en début d’année et les très bons résultats du premier trimestre sont prometteurs, s’est-il réjoui.

Fort de ce constat, le Groupe confirme ses prévisions pour l’exercice 2018 : les livraisons devraient légèrement dépasser le chiffre record de l’an dernier. Le chiffre d’affaires devrait progresser de 5% anticipant une marge d’exploitation comprise entre 6,5% et 7,5% en 2018.

Néanmoins, il y a aussi des risques, a déclaré Herbert Diess en se référant à la transition vers la nouvelle procédure de tests WLTP. Il a expliqué que le Groupe Volkswagen s’est préparé avec beaucoup de sérieux à la nouvelle procédure de tests destinée à mesurer la consommation de carburant, d’émissions de polluant et de CO2 des véhicules, laquelle prendra effet le 1er septembre 2018. Il a ajouté que l’objectif était de collecter toutes les données nécessaires durant la très courte phase de transition. Cependant, des facteurs tels que la disponibilité des services techniques et la capacité des autorités de régulation compétentes ont également joué un rôle. « Si nous étions confrontés à des difficultés, cela pourrait entraîner des goulets d’étranglement temporaires dans notre programme de vente », a-t-il ajouté.

En partenariat avec le En partenariat avec CNPA
A la une
La quotidienne Auto-infos