Vulcain anticipe son devenir

Publié le par

Jean-Pierre Rinaudo a décidé de prendre du recul en nommant un nouveau directeur général.

Vulcain anticipe son devenir

« Je n’ai pas prévu de stopper le business, mais je voulais anticiper et préparer l’avenir de notre groupe ». C’est pour garantir la pérennité de l’entreprise qu’il pilote, que Jean-Pierre Rinaudo vient d’annoncer sa décision de cesser d’assurer la direction opérationnelle des établissements du groupe Vulcain tout en continuant de détenir 95 % de son capital et en poursuivant le pilotage de sa holding Talas. Celui des affaires immobilières et financières inclu-ses dans sa sphère décisionnelle… Quitte à s’investir peut-être plus tard, de façon ponctuelle, dans l’animation des établissements.

Changement dans la continuité

Alors qu’il a passé la soixantaine, ce timonier considère en effet que sa décision est de nature à rassurer les constructeurs dont il commercialise les marques ainsi que les collaborateurs qui travaillent à ses côtés. Ce distributeur, dont l’entreprise a été primée lors des Masters 2013 au titre de l’évolution du chiffre d’affaires, a donc recruté un nouveau directeur général en la personne de Vincent Girerd. Ce manager était aupavant responsable de la direction régionale Citroën de Lyon. Pour le reste, le mouvement humain qu’il a initié tient du changement dans la continuité. Son comité de direction demeure inchangé et comprend toujours : Claude Winckler, DG de la société Atlantic Automobiles (où General Motors est impliqué à hauteur de 5 % d’actionnariat), représentant Opel et Chevrolet
à Lyon, Venissieux, Bourgoin-Jallieu et Vienne ; Stéphane Abatte, DG de Felix Faure automobiles, en charge du pôle qui commercialise Volvo, Suzuki, Land Rover, comme Jaguar en région lyonnaise ; Evelyne Lagoutte, directrice financière et responsable des structures réunies sur et autour de Clermont-Ferrand sous les logos d’Opel, Chevrolet et Honda. Cet ensemble étant complété par l’animation, jusqu’alors dévolue à J.-P. Rinaudo, des points de vente et de services Kia, Volkswagen, Mitsubishi, Honda et Opel basés à Paris. Il convient de préciser que ces trois responsables sont actionnaires de Vulcain, de même que V. Girerd est appelé à le devenir… à terme, il est probable qu’ils en deviennent un jour, collégialement, les détenteurs.

Visibilité

« En 2014, notre groupe devrait réaliser un chiffre d’affaires de quelque 250 millions d’euros et vendre près de 10 000 véhicules neufs sur les secteurs lyonnais et parisiens. Il a aussi pour objectif de porter son potentiel économique à hauteur de 15 000 immatriculations/an et de 350 à 400 millions d’euros d’ici à trois ans », poursuit J.-P. Rinaudo. Ce qui en fait un acteur significatif du monde de la distribution. Cette situation méritant effectivement que les firmes automobiles aient l’assurance de son avenir !
Vulcain est également un groupe qui bénéficie d’une situation financière suffisamment excellente pour s’être vu décerner la cotation 3 de la Banque de France. Il affiche des résultats bénéficiaires depuis de nombreuses années, dispose d’une trésorerie solide et d’un ratio de fonds propres que certains estiment à hauteur de 20 % sur bilan. Sans oublier qu’il est propriétaire de la quasi-globalité de son immobilier (exception faite du périmètre parisien). Dernier rappel : fort de 386 salariés, ses 25 sites d’activité (pour huit marques représentées) ont réalisé un chiffre d’affaires de 186,34 millions d’euros et livré 7 000 VN et de 3 668 VO. Saga à suivre.

Voir aussi :

En partenariat avec le En partenariat avec CNPA
A la une
La quotidienne Auto-infos