Le groupe Vulcain reprend quatre sites Mazda, Kia et Honda à Lyon

Publié le par

Le groupe Vulcain reprend quatre sites Mazda, Kia et Honda à Lyon

Sous réserve d’une validation par l’Autorité de la concurrence, le groupe Vulcain vient de signer, le 10 juillet, le rachat de quatre sites sur Lyon appartenant au groupe Niox-Boscary et distribuant les marques Mazda, Kia et Honda. La reprise serait effective au 1er octobre prochain.

Pour rappel, lors des derniers Masters 2015, le groupe Vulcain s’est distingué en remportant deux prix dans la catégorie Performance VO et au niveau de la Meilleure activité hors VN. En 2014, le groupe a commercialisé 7 293 VN, 4 685 VO et distribue les marques Citroën, Honda, Kia, Land Rover, Mitsubishi, Opel, Suzuki, Volvo et Volkswagen pour un chiffre d’affaires de 212,44 millions d’euros.

Objectif : 10 000 VN en 2016

Le mois dernier, c’est au Château de Sans Souci, près de Lyon, que le groupe
Vulcain a organisé, pour la quinzième fois de son histoire, une rencontre d’information, afin de présenter à ses partenaires ses résultats commerciaux et financiers pour l’exercice 2014. Et cela, tout en faisant publiquement apprécier le contenu de ses comptes par les analystes de la Banque de France… Histoire de détailler « à livre ouvert » sa situation, mais aussi ses perspectives d’évolution. Remarque stratégique : ce décodage placé sous le sceau de la Banque de France est spécifique à ce groupe.

Pour mémoire, le groupe Vulcain, dont le président est Jean-Pierre Rinaudo, et piloté au quotidien par son directeur général, Vincent Girerd, a commercialisé 7 293 VN et 4 685 VO en 2014 pour un chiffre d’affaires total de 212,44 millions d’euros en progression de 28 % par rapport à l’année précédente. Ce groupe emploie 432 collaborateurs sur 19 sites pour neuf marques distribuées (Citroën, Honda, Kia, Land Rover, Mitsubishi, Opel, Suzuki, Volvo et Volkswagen). On retiendra aussi un total de 70 000 voitures entretenues et réparées pour un chiffre d’affaires pièces de rechange de 26,4 millions d’euros et un volume de financement de 27,55 millions d’euros.

L’arrêt de Chevrolet amorti en 2014

En raison d’un parc immobilier en majorité détenu par le groupe pour une valorisation totale de 45,7 millions d’euros, le groupe a réussi à faire face à l’arrêt de la marque Chevrolet. « Nous étions le premier distributeur Chevrolet dans l’Hexagone, rappelle son directeur général. Nous avons initié le procès contre le constructeur en raison des mauvaises conditions du protocole de séparation ». Et d’ajouter : « Même si la marque a fait appel de ce procès dont les dédommagements n’étaient pas à hauteur de nos espérances, nous souhaitons désormais aller de l’avant ». Au niveau de la filiale Atlantic Automobiles notamment, l’objectif 2015 sera d’adapter les structures immobilières suite à cet arrêt de la marque américaine.

Autre évènement marquant pour le groupe l’année passée, l’acquisition de la filiale Citroën à Clermont-Ferrand en mars et qui a retrouvé l’équilibre en fin d’année avec 0,73 % de marge brute. Un établissement qui nécessite encore un redimensionnement ainsi qu’une recapitalisation prochaine. À noter aussi les ouvertures pour les marques Kia et Honda à Villefranche-sur-Saône et Aubière avant l’été 2014 et Vénissieux pour Volvo. Rappelons enfin que le groupe va se concentrer sur le redressement de la filiale Axone qui gère la marque Volkswagen sur la plaque parisienne et qui ne donne pas encore les résultats escomptés.

Miser sur le VO et le crédit

Comme le démontre cette nouvelle présentation des comptes, la force du groupe Vulcain c’est sa capacité à développer ses activités hors VN et notamment les ventes de véhicules d’occasion. L’après-vente et le commerce des pièces de rechange apparaissent également comme des valeurs sûres pour assurer le développement du groupe.

Pour assurer son développement, le groupe Vulcain mise sur une stratégie de traitement des leads à travers le développement d’une base de données avant-vente où tous les formulaires Web des prospects virtuels sont interfacés. L’ensemble bénéficie d’un suivi et d’un système de relance le plus rapide possible. Côté objectifs pour 2015, le groupe vise à l’horizon 2016 un volume de 10 000 VN et 6 000 VO, le tout pour un chiffre d’affaires de 250 millions d’euros et un résultat opérationnel espéré de 1%. Une opération de croissance externe est en cours et devrait être révélée dans les semaines à venir.

Voir aussi :

En partenariat avec le En partenariat avec CNPA
A la une
La quotidienne Auto-infos