Le groupe Vulcain se met à nu

Publié le par

Représentant neuf marques* à travers six sociétés** dans quatre régions, le groupe Vulcain a fait de sa réunion annuelle « transparence Banque de France » un show à destination de ses partenaires financiers et constructeurs.

Le groupe Vulcain se met à nu

Et de douze ! Qu’il se sépare d’une marque, qu’il voit son bénéfice chuter ou qu’il pleuve, Jean-Pierre Rinaudo, patron du groupe Vulcain, réunit chaque mi-juin depuis douze ans ses partenaires banquiers et constructeurs à une matinée de présentation détaillée de ses résultats financiers jusque dans le moindre EBE. Effectuée par Jean-Claude Chazot, responsable du pôle groupes Rhône-Alpes de la Banque de France qui accompagne l’entrepreneur depuis quinze ans dans l’expertise financière de sa structure, cette grand-messe chiffrée s’est traduite par la reconduite de la cotation 3 pour le distributeur. Une cote établie en vertu des données de 2011.

AAA

Ce « triple A » à l’échelle individuelle d’une PME permet au groupe de se refinancer facilement auprès des organismes prêteurs et de rassurer concédants comme collaborateurs. Agence de cotation à lui seul, J.-C. Chazot évalue 35 groupes automobiles dans sa région. « Le bilan consolidé est une photographie à un instant T qui ne serait déjà plus la même 10 jours plus tard. Nous analysons donc les comptes en tâchant d’évaluer les risques ainsi que la solidité pour les trois ans à venir », poursuit l’expert qui retraite, par exemple, les SCI dans son approche économique des activités de Vulcain. Résultats : dans la colonne positive figurent le chiffre d’affaires de 152 087 millions d’euros (+ 13 %), l’excédent brut d’exploitation de 3 millions d’euros, le résultat net sur chiffre d’affaires HT de 1,9 % doublé du résultat net consolidé en hausse de plus de 50 %, la trésorerie positive, l’endettement financier sur fonds propres de 70 % (situé bien en dessous de la moyenne nationale des groupes automobiles estimée à 129 %) et près de 20 % de fonds propres par rapport au bilan. Enfin, la capacité d’auto-financement de 5,9 % est également légèrement supérieure à la norme. Seul vrai point négatif : l’excédent de stock VN de plus de 4 millions d’euros. « Le groupe résiste grâce au multimarquisme », conclut J.-C. Chazot. Après avoir écoulé 6 772 VN l’an dernier (- 9 %), Vulcain s’envole. Depuis janvier, le groupe a vendu 3 154 VN, en hausse de 12 % dans un marché qui plonge de 20 %.

* Chevrolet, Honda, Kia, Land Rover, Mitsubishi, Opel, Suzuki, Volkswagen et Volvo.

** Atlantic Auto, Felix Faure, Auvergne Automobile, Montet, Axone Automobile et Mach.

Photo : La « dream team » de Vulcain : Stéphane Abate (Felix Faure), Claude Winckler (Atlantic Auto), Audrey Monot (responsable marketing), Guy Bouvier (plaque Ile-de-France) et Jean-Pierre Rinaudo (dirigeant).

Voir aussi :

En partenariat avec le En partenariat avec CNPA
A la une
La quotidienne Auto-infos