Le marché VO a légèrement fléchi en avril

Publié le par

Faible de 453 711 immatriculations, le marché VPO accuse sa première et légère baisse de régime en avril avec un ressac des ventes de 3,7 % en comparaison du même mois l’année précédente.

Le marché VO a légèrement fléchi en avril

La croissance du marché français des voitures d’occasion marque un coup d’arrêt en avril après un premier trimestre positivement stable où le nombre de transactions – près de 1,4 million – a augmenté de 4,1 % (par rapport au premier trimestre 2010). Faible de 453 711 immatriculations, le marché VPO accuse sa première et légère baisse de régime en avril avec un ressac des ventes de 3,7 % en comparaison du même mois l’année précédente. Au lieu de profiter de la fin définitive de la prime à la casse, les produits kilométrés ont peut-être souffert, chez les professionnels, du manque de fréquentation des showrooms et, chez les particuliers, d’une conjoncture toujours compliquée entre catastrophe japonaise et chômage stagnant.

Jeunes VO : + 4,6 %

Pour autant, le segment des très jeunes occasions continue de croître, certes dans une moindre proportion (+ 4,6 %) avec 39 370 unités écoulées. Les versions faiblement kilométrées des marques françaises qui ont représenté 58 % de ce segment se sont aussi taillées la part du gâteau avec une croissance de 7,9 % de leurs ventes par rapport à avril 2010. De quoi confirmer l’orientation prise par Olivier Veyrier, directeur du commerce France de Peugeot, qui veut positionner le label Peugeot Occasions du Lion comme la véritable alternative aux VN à bas coûts, bref LA réponse low-cost de la marque. Le cœur de marché (1 à 5 ans) porte particulièrement sa définition de « ventre mou » en avril puisque le segment affiche une chute de 6,2 % avec 130 282 unités. Enfin, les véhicules âgés de plus de 5 ans restent la grande masse du business (près de 285 000 transactions), mais épouse le mouvement baissier avec un repli de 3,6 %.

Succès de la Fiat 500

Peu de marques, dans ce contexte, tirent vraiment leur épingle du jeu. Toutes années confondues, soulignons néanmoins la performance de Mini dont 3 140 VO se sont commercialisés le mois dernier, en croissance de 14,1 %. Côté produit, la conjonction « disponibilité » et « attractivité intacte » permettent à la Fiat 500 de voir ses transactions (1 530 unités) bondir de 55 % le mois dernier. À ce stade, plus de 1,8 million de véhicules d’occasion ont été commercialisés en France, soit 2 % de plus qu’à la même échéance l’an dernier. L’activité se porte bien avec des perspectives a priori souriantes. Elles le sont moins pour les utilitaires d’occasion qui ont vu leurs ventes (67 167 immatriculations) chuter de 8,2 % en avril après un premier trimestre déjà fragile (- 0,2 %).

Voir aussi :

En partenariat avec le En partenariat avec CNPA
A la une
La quotidienne Auto-infos