Le marché VO français poursuit son rajeunissement

Publié le par

Malgré un recul global, le marché 2018 a été particulièrement porteur pour les véhicules d’occasion récents.

Le marché VO français poursuit son rajeunissement

Le marché français des voitures particulières d’occasion a terminé l’année 2018 comme il l’avait commencé avec une baisse de - 0,8 % des immatriculations. L’année 2018 aura décidément été perturbée par l’évolution de la demande en matière de diesel. La mise en place de la nouvelle homologation WLTP en septembre 2018 aura également permis de mettre à la route un grand nombre de véhicules d’occasion très récents.

Baisse annuelle de 0,8 %

Au final, 5 632 358 véhicules d’occasion ont été immatriculés en 2018, soit un repli de 0,8 % par rapport à 2017. Ce marché du VO devrait poursuivre sa restructuration vers une demande plus forte en véhicules récents et en motorisation essence.

Durant l’exercice 2018, les immatriculations des marques françaises, qui ont représenté 52,18 % du marché, ont reculé de 2,9 %. Dans le même temps, celles des marques étrangères ont progressé de 1,7 % pour une part de marché de 47,19 %.

Les ventes des professionnels conservent un excellent niveau

L’un des faits marquants de ce marché aura été le rajeunissement des véhicules vendus. Cette évolution est favorable aux ventes des professionnels. Cela se traduit par un regain d’activité dans les réseaux. La demande des acheteurs pour des véhicules d’occasion plus récents rejoint l’offre des professionnels qui ont un stock important de véhicules de démonstration à écouler dans les réseaux en raison de l’homologation WLTP entrée en vigueur après l’été.

Dans le détail, les véhicules d’occasion de moins d’un an ont encore progressé de plus d’un point pour atteindre 12,69 % contre 11,31% le mois dernier. La classe d’âge des véhicules de 1 à 5 ans a légèrement reculé (25,9 %). Enfin, les véhicules âgés de plus de cinq ans ne représentent plus que 61,41 % des ventes.

Toutes les marques françaises ont évolué à la baisse au mois de décembre (- 3,3 % pour Citroën - 1,2 % pour Peugeot et - 3,3 % pour Renault) à l’exception de DS qui a progressé de 3,3 %.

Parmi les marques étrangères, certaines d’entre elles ont mieux tiré leur épingle du jeu, à l’image d’Alfa Romeo (+ 3,6 %), de Dacia (+ 21,9 %), de Fiat (+ 9,3 %), de Hyundai (+ 10,7 %), de Mercedes-Benz (+ 3,7 %), de MINI (+ 7,1 %), de Nissan (+ 5,7 %), de Skoda (+ 15,9 %), de Suzuki (+ 9,4 %), de Toyota (+ 9,2 %), de Volkswagen (+ 2,5 %). On retiendra les évolutions à la baisse d’Audi (- 5,4 %),de BMW (- 4,3 %), de Ford (- 9 %), de Kia (- 1,8 %), d’Opel (- 7,3 %), de Seat (- 4,8 %) et de Volvo (- 10,2 %).

Le marché du VUL d’occasion en hausse

Avec un total de 56 684 unités immatriculées, le marché des véhicules utilitaires d’occasion a évolué à la hausse (1,1 %) en décembre. Si les marques françaises ont enregistré une légère baisse (- 0,1%), les immatriculations des marques étrangères ont, elles, progressé de 3,5 %.

Voir aussi :

En partenariat avec le En partenariat avec CNPA
A la une
La quotidienne Auto-infos