Le marché américain en recul après sept années de croissance

Publié le par

Le marché américain en recul après sept années de croissance

Pour la première fois depuis 8 ans, le marché automobile américain a rencontré une baisse de ses ventes de l’ordre de 1,7% avec 17,2 millions de véhicules vendus en 2017 (vs. 17,5 millions en 2016). La production connait aussi une légère baisse avec 11,2 millions de véhicules assemblés en 2017 contre 11,8 millions en 2016. Selon les experts de PwC Autofacts, la réforme de la fiscalité américaine qui prévoit une baisse d’impôts pour les particuliers et les entreprises, ne devrait contribuer que modestement aux ventes lors des prochaines années.

« Après une croissance continue et une année record en 2016, les experts de PwC Autofacts avaient anticipé une érosion des ventes dès le début de l’année 2017. Cette baisse est limitée par la demande, elle-même motivée par le nécessaire remplacement des véhicules endommagés suite au passage des ouragans Harvey et Irma en août et septembre dernier », déclare François Jaumain, associé responsable du secteur Automobile chez PwC.

CUV, SUV et Pick-up préférés aux berlines

Une nouvelle baisse de 1,7% de la croissance annuelle est attendue en 2018 avec 16,9 millions de véhicules vendus. Une des explications à ce phénomène réside dans la hausse des taux d’intérêts et les conditions d’octroi de prêts qui devraient devenir plus exigeantes, entraînant de fait le coût d’acquisition plus élevé pour un véhicule. Un premier regain de la croissance est prévu pour 2022, les ventes devant progressivement retrouver leur niveau de 2017 en 2024.

Les consommateurs américains préfèrent les camions légers (CUV, SUV et pick-up) aux berlines qui représentaient seulement 35% des ventes en 2017. Le segment des véhicules crossovers confirme quant à lui son succès et connaît la plus forte croissance de tous les temps (34% des ventes totales de véhicules légers aux Etats-Unis en 2017).

+13,2% d’importations mexicaines en 2017 sur fond de renégociation de l’ALENA

Dans un contexte où le secteur automobile se trouve au cœur de la renégociation de l’accord de libre-échange nord-américain (l’ALENA), les importations mexicaines ont bondi de 13,2% en 2017. En effet, la majorité des véhicules assemblés au Mexique mais aussi au Canada sont exportés aux Etats-Unis, représentant jusqu’à 30% des ventes des véhicules légers.

Plus précisément, sur l’ensemble des véhicules assemblés au Mexique, 60% ont été exportés aux Etats-Unis en 2017 soit 1,8 million d’unités. Pour le Canada, ce pourcentage d’exportations était encore plus élevé (90% des véhicules assemblés).

Ces douze derniers mois, plusieurs annonces des équipementiers ont entraîné un rapatriement de l’assemblage réalisé au Mexique vers les Etats-Unis (estimé à 350 000 unités), suite aux déclarations du président américain. Ces mesures protectionnistes devraient avoir un impact certain sur la production américaine ces prochaines années.

Une faible croissance des énergies alternatives

Contrairement aux marchés européens et chinois, l’administration américaine n’encourage pas les alternatives aux énergies fossiles. Alors que la plupart des constructeurs se sont engagés dans des plans de transformation en faveur des véhicules hybrides et électriques, la demande domestique reste très faible. Conséquence directe, l’Amérique du Nord rencontre une faible, voire négative ces dernières années, croissance de l’assemblage des groupes motopropulseurs alternatifs.

Le marché automobile sud-américain montre des signes de reprise

Après plusieurs années de baisse des ventes et de l’assemblage en Amérique du Sud, le marché automobile commence à montrer des signes de reprise : 900 000 véhicules légers ont été vendus en 2017 en Argentine et le chiffre d’affaires annuel du marché automobile brésilien a progressé de 9,9 % par rapport à 2016. Bien que volatil, ce chiffre d’affaires devrait augmenter lentement à mesure que l’économie sud-américaine se redresse.

En partenariat avec le En partenariat avec CNPA
A la une
La quotidienne Auto-infos