Le marché du véhicule d’occasion progresse de 4 % en mai

Publié le par

D’après les données fournies par AutoScout24, le marché français des véhicules d’occasion progresse de 4 % en mai par rapport à la même période en 2018.

Le marché du véhicule d'occasion progresse de 4 % en mai

Les chiffres du mois de mai confirment la tendance de ces derniers mois avec une augmentation de 4 % du volume des immatriculations des voitures d’occasion, soit 482 557 unités contre 464 113 un an auparavant. Cette hausse s’explique par un jour ouvrable supplémentaire, puisqu’à jours constants une légère baisse aurait été enregistrée. Depuis le début de l’année, 2 395 342 VO ont changé de propriétaire, soit une progression de 3,3 % (avec un jour ouvrable supplémentaire).

Les véhicules récents boostent le marché

Le segment des jeunes occasions de moins de cinq ans continue à surperformer et représente plus de 40 % des véhicules d’occasion vendus en France. Il convient de souligner que le marché reste dominé par les motorisations diesel (62 % des transactions).

De belles progressions

Toutes les marques enregistrent de belles progressions à l’exception d’Opel, légèrement en retrait (- 1,6 %). Les marques françaises, leader sur le marché de l’occasion, affichent des évolutions positives mais en dessous de la moyenne du marché. Dans le détail, Renault progresse de 0,7 %, Peugeot fait un bond de 3,1 % et Citroën enregistre un gain de 1,5 %.

Les marques premium allemandes continuent d’enregistrer d’excellents résultats, à l’image de BMW (+ 9,2 %), d’Audi (+ 6,7 %) et de Mercedes (+ 7,9 %). Dans le segment des citadines, Mini enregistre une solide progression (+ 11,7 %). Les autres marques allemandes sont légèrement au-dessus de la moyenne du marché, notamment Volkswagen (+ 4,6 %).

Au-dessus des 10 % de progression, on retrouve les marques Toyota (+ 12,2 %), Dacia (+ 15,4 %), Hyundai (+ 10,2 %), Kia (+ 11 %) et Skoda (+ 19,2 %). Fiat réalise un beau score avec une hausse de 7,6 % dont une bonne partie est à mettre à l’actif de la Fiat 500 majoritairement vendue en essence et qui correspond bien à la demande du marché.

Le diesel résiste en VO

Le volume des motorisations diesel se maintient et représente encore 62 % du marché. La hausse des motorisations essence entraîne le marché et explique une bonne partie de l’augmentation des immatriculations. Les motorisations hybrides représentent 1,3 % des immatriculations, soit une progression de 30,3 % par rapport à l’an passé et les véhicules électriques (0,14% des immatriculations) enregistrent un bond de 115,2 %.

Voir aussi :

En partenariat avec le En partenariat avec CNPA
A la une
La quotidienne Auto-infos