Le nombre de défaillances d’entreprises en baisse dans l’automobile

Publié le par

Le premier trimestre 2017 confirme la tendance baissière des défaillances d’entreprises amorcée en 2016. Le secteur automobile suit cette tendance avec un nombre en baisse d’entreprises de commerce et de réparation de véhicule concernées par des procédures.

Le nombre de défaillances d’entreprises en baisse dans l’automobile

En fin d’année dernière, Altares prédisait la poursuite de l’amélioration de la conjoncture économique et de la santé des entreprises françaises. La société spécialisée dans l’information sur les entreprises avait vu juste : si en 2016, un indicateur clé, celui des défaillances, était enfin redescendu pour la première fois depuis 2009 en dessous du cap symbolique des 60 000 unités, le premier trimestre 2017 a aussi été synonyme de bonnes nouvelles.

Sur cette période, le nombre de jugements prononcé a reculé sous la barre des 16 000, 15 600 précisément, soit une baisse de 3,9 % par rapport à la même période en 2016. Il s’agit ainsi du niveau le plus bas jamais enregistré depuis 2008. Le nombre d’emplois menacés est passé de 56 800 au premier trimestre 2016 à 44 400 sur la même période en 2017. Plusieurs secteurs d’activité ont pu profiter de cette embellie, dont celui de l’automobile.

Moins de défaillances parmi les entreprises du secteur automobile

Ainsi, 549 entreprises de commerce et de réparation de véhicules ont été concernées pendant le premier trimestre par des procédures, un chiffre en recul de 4,4 % par rapport à la même période en 2016 durant laquelle 574 entreprises étaient en danger. Dans le détail, 407 entreprises ont été visées par une procédure de liquidation judiciaire, soit plus de 74 % des entreprises en difficulté, tandis que 135 ont été concernées par un redressement judiciaire, contre 162 en 2016. Enfin sept sociétés ont été placées en procédure de sauvegarde contre 13 au premier trimestre 2016. À noter parmi les défaillances d’entreprises de plus de 20 millions de chiffre d’affaires, deux sociétés relatives au secteur automobile, Pneus Legros, active dans la vente de gros équipements automobiles et Ora Véhicules Électriques, distributeur de véhicules électriques neufs.

Des chiffres en baisse donc, quel que soit le type de procédure, mais qui ne doivent pas occulter le fait que les entreprises de commerce et de réparation de véhicules sont de loin les plus touchées par ces procédures par rapport aux autres entreprises actives dans le commerce, devant les entreprises de détail alimentaire ou encore les commerces d’habillement.

En partenariat avec le En partenariat avec CNPA
A la une
La quotidienne Auto-infos