Le nouveau visage d’Autoscout24.fr

Publié le par

Depuis mai dernier, Éric Laffont (ex-responsable marketing de Yahoo France et précédemment de Fiat France) remplace Éric Bataille à la tête du portail d’annonces en ligne de voitures d’occasion. Rencontre.

Le nouveau visage d’Autoscout24.fr

Comment va Autoscout24.fr ?

Autoscout24, dans sa globalité, va très bien. Le leadership du site est confirmé en Europe où, avec 1,9 million d’annonces, l’entreprise est présente dans 17 pays et ouvre même une filiale en Russie. En France, le portail fait partie du top 4 des sites d’annonces de véhicules d’occasion. Nous exposions 94 900 VO en avril dernier et comptabilisons 1,2 million de visiteurs uniques en interne, 27 millions de pages vues et un temps moyen passé sur le site de 13 minutes.

Quelle est votre ambition pour le site ?

Depuis l’ouverture de la société en 2006, Éric Bataille a effectué un travail exceptionnel de lancement de marque. Il m’incombe aujourd’hui d’assurer son développement. De passer la seconde. Autoscout24.fr est à un pallier. Nous avons tous les atouts pour progresser sur le marché français où nous ambitionnons d’être le n°2 du secteur, derrière LaCentrale.fr.

Comment ?

Grâce à notre plateforme. Nous sommes la meilleure place de marché en Europe ! Nous avons une nouvelle page d’accueil conviviale qui offre un moteur de recherche encore plus performant. Il est bien d’avoir 90 000 véhicules d’occasion en stock, mais il est surtout pertinent que le client trouve le sien le plus facilement possible. C’est le développement de la logique de navigation, combinée à l’intégration de détails précis sur chaque voiture qui donnent aux sites une vraie valeur ajoutée pour le client final. Donc, notre conquête passera par la dimension technique et ergonomique du site, sa puissance européenne et son accompagnement des professionnels. De plus, adossé à Deutsche Telekom, nous avons les moyens en termes d’hommes et de ressources financières pour assurer notre croissance organique.

Quel rapport entretenez-vous avec eux ?

70 % des annonces du site proviennent de nos 1 700 clients professionnels. Nous avons une approche très terrain, site par site, avec trois moniteurs qui les forment à l’usage de l’outil. Ils peuvent aussi s’inscrire à l’Autoscout24 Academy que nous avons mise en place au début de l’année. À raison d’une session mensuelle minimum, sept éditions ont déjà vu le jour, diplômant environ 60 participants. Il y a quinze jours, nous avons même organisé une session de formation privée pour les collaborateurs d’un groupe de distribution. En tant que pure player, spécialiste de l’Internet, nous avons un rôle d’évangélisation à jouer. On voit d’ailleurs apparaître une nouvelle population dans les showrooms : les websellers. Il s’agit de jeunes qui viennent au VO par l’Internet et non l’inverse.

Le marché VO a encore pris des couleurs en mai. Que vous inspirent ces bons chiffres ?

Nous ne sommes pas encore revenus aux niveaux de marché de 2008, mais + 6,76 %, c’est évidemment une très bonne nouvelle. Il semblerait que l’essoufflement de la prime à la casse se confirme, profitant au business VO. Avec sa nouvelle baisse à 500 euros au 1er juillet, on peut s’attendre à une bataille commerciale acharnée de la part des constructeurs pour le second semestre 2010. Mais, le marché des véhicules d’occasion devrait continuer à profiter de la tendance dans les mois à venir.

Arborerez-vous la même posture militante que votre prédécesseur qui avait plaidé pour l’instauration d’une prime à la casse VO l’an dernier ?

Je préfère parler de posture d’expert, de spécialiste. Autoscout24 est une institution intégrée à la profession qui se sent autorisée à avoir un point de vue sur l’évolution règlementaire du marché. Je me sens complètement solidaire de mes clients et de leurs problématiques.

Voir aussi :

En partenariat avec le En partenariat avec CNPA
A la une
La quotidienne Auto-infos