Le paysage des services de l’automobile se féminise

Publié le par

L’Observatoire des métiers des services de l’automobile a mené une étude sur la mixité femmes-hommes dans ce secteur. Traditionnellement masculins, les métiers de l’automobile suscitent de plus en plus d’intérêt auprès des femmes.

© Garac
© Garac

Selon l’étude, plus 107 600 femmes actives, salariées ou indépendantes travaillent dans les services de l’automobile. Un nombre en constante progression au fil du temps : + 60,3 % en quatre ans. Néanmoins, la répartition des salariés par catégorie socio-professionnelle est fortement genrée. Les hommes sont très présents dans les métiers techniques tandis que les femmes ne représentant qu’entre 1 et 2 % des effectifs dans les métiers de la mécanique ou de la carrosserie. Celles-ci sont davantage présentes dans les métiers tels que la vente (22,7 %) ou l’enseignement de la conduite (48,4 %) mais surtout sur des postes administratifs (88,2 % des secrétaires de la branche sont des femmes). Sur l’ensemble des salariés, 92,8 % des femmes et 93,9 % des hommes de la branche sont en CDI. Enfin, le temps partiel est largement plus répandu chez les femmes (25 %), contre à peine plus de 5 % des hommes.

Une féminisation dès les bancs de l’école

En 2020-2021, on dénombre 62 269 jeunes hommes et 2 440 jeunes femmes se formant dans une des filières des services de l’automobile. La progression des effectifs observée ces dernières années est plus forte chez les filles que chez les garçons. Cette croissance des effectifs féminins est particulièrement soutenue par les effectifs en alternance. Bien qu’elles y demeurent minoritaires (1 205 jeunes femmes en 2020-2021, soit 3,8 % des effectifs en apprentissage), les filles suivant une formation en apprentissage ont plus que doublé depuis la rentrée 2016-2017 (+ 150 %), et notamment à cette rentrée (+ 42 %, + 356 jeunes filles). Cette progression est inverse pour les effectifs en contrat de professionnalisation (- 58 % de jeunes femmes à cette rentrée, - 227 jeunes filles), parmi lesquels elles représentent 8,4 % (soit 167 jeunes femmes en 2020/2021). En apprentissage, 72,2 % des garçons ont trouvé un emploi sept mois après la sortie de formation contre 60,7 % des filles. Les formations en CQP s’affirment en revanche comme un levier d’insertion efficace et égalitaire (près de 90 % de taux d’emploi pour les hommes et les femmes).

En partenariat avec le En partenariat avec CNPA
A la une
La quotidienne Auto-infos