Le salon automobile de Shanghai ne connaît pas la crise

Publié le par

Alors que l’Europe reste sous cloche et que les États-Unis sont encore en alerte à cause de la crise sanitaire, la Chine reprend son élan au niveau économique et organise un « vrai » salon automobile à Shanghai, avec près de 1 000 exposants.

La 19e édition du salon automobile de Shanghai a lieu en présentiel avec un marché en plein rebond en toile de fond.
La 19e édition du salon automobile de Shanghai a lieu en présentiel avec un marché en plein rebond en toile de fond.

Pas de format 100 % digital pour le salon automobile de Shanghai, ville de près de 20 millions d’habitants, qui se tient donc physiquement en Chine en respectant les standards du premier marché mondial, 12 halls répartis sur 360 000 m2 pour l’accueil de 1 000 exposants. L’événement se déroule de 21 au 28 avril, avec trois journées business puis l’ouverture au public. La Chine entrevoit bel et bien la sortie de la crise de la Covid-19, ce que les indicateurs économiques du second semestre 2020 avaient déjà signifié. Ainsi, au premier trimestre de 2021, le PIB du pays a enregistré une progression de 18,3 %, un chiffre qu’il faut certes nuancer par rapport à son indice de référence 2020, mais qui traduit néanmoins un réel effet de reprise. Une tendance qui se vérifie aussi à l’aune du marché automobile des véhicules légers : 6,35 millions d’unités produites (VPN) au premier trimestre de 2021 (+ 81,7 %) et 6,48 millions de ventes (+ 75,1 %). On retrouve un sursaut identique pour les VU, 1,39 million d’unités produites (+ 77%) et 1,40 million de ventes (+ 75,1 %).

Le règne des SUV électriques

L’édition 2021 du salon de Shanghai a pour slogan « Embracing change », ce qui renvoie à l’acronyme qui fait désormais le quotidien des acteurs de la filière automobile, ACES : A pour « autonomous » (autonomisation de la conduite), C pour « connected » (connectivité des véhicules), E pour « electric » (électrification des groupes motopropulseurs), et S pour « shared » (mobilités partagées). Parmi les nombreuses nouveautés présentées à l’occasion du salon, on peut notamment citer l’EQB, qui vient étoffer le griffe EQ avec un GLB 100 % électrique, un SUV de 7 places produit via la coentreprise Beijing Benz Automotive. Le modèle gagnera l’Europe en fin d’année (production dans le site hongrois de Daimler) et les États-Unis en 2022. Volkswagen est aussi aux avant-postes par le biais des modèles ID.6X et ID.6 Crozz. Chez Toyota, les regards se tournent vers le bZ4X Concept qui préfigure un SUV de taille moyenne dont la commercialisation est attendue pour le milieu de l’année 2022. Reposant sur la nouvelle plateforme modulaire e-TNGA, il arbore la nouvelle dénomination « bZ » pour « beyond zero », en route vers une mobilité zéro émission polluante. Fruit du partenariat prometteur avec Subaru, ce concept-car a une portée de manifeste stratégique et fait notamment valoir une direction steer-by-wire à commande électrique et un système de recharge solaire. Toujours au sein du groupe Toyota, Lexus dévoile la berline statutaire ES restylée. Si le design extérieur n’a subi que quelques fines retouches, les évolutions technologiques sont nombreuses et font la part belle à la connectivité. « Modèle important sur le marché des flottes et des professionnels, la nouvelle ES bénéficie en France et en Europe de l’Ouest d’une motorisation hybride auto-chargeable Lexus de quatrième génération », souligne le groupe. Honda met en évidence un prototype hybride rechargeable qui embarque une nouvelle batterie à hautes performances. Impossible d’être exhaustif, mais on aimerait que l’examen de ces différents modèles à forte valeur ajoutée soient une matière à réflexion économique et sociale pour les législateurs européens et le lobby vert.

Profusion d’innovations chez les équipementiers

Par ailleurs, le salon de Shanghai accueille également de très nombreuses avant-premières chez les équipementiers. Par exemple, Velodyne présente une nouvelle génération de lidar et Faurecia les dernières innovations du cockpit du futur. Continental vient en force sur la connectivité (nouveaux radars, 5G…), tandis que Bosch valorise sa coentreprise avec Qingling Motors pour développer des véhicules alimentés à hydrogène. ZF expose ses dernières innovations logicielles, sur un marché qui a représenté 6,4 milliards de son chiffre d’affaires 2020, et NTN dévoile la dernière génération de sa gamme de roulements à billes spécifiques aux voitures électrifiées. Valeo fait la démonstration de six nouveautés, dont une « nouvelle pompe à chaleur utilisant un réfrigérant naturel qui puise les deux tiers de ses besoins en énergie dans l’air ambiant, ce qui limite d’autant le recours aux batteries », au service de l’autonomie, et le FlexHeater, une nouvelle technologie de chauffage intelligent. « Valeo présente aussi au salon de Shanghai 2021, son premier système complet de propulsion 100 % électrique, développant 100 kW, comprenant le moteur électrique, l’onduleur (le cerveau du système) et le réducteur (l’équivalent de la boîte de vitesses), issu de son joint-venture Valeo Siemens eAutomotive basé en Chine. Cette solution, adaptée aux petites et moyennes citadines qui constituent la majorité des véhicules en Chine, peut très bien convenir aux petites berlines du monde entier », détaille le groupe, avant d’ajouter qu’en 2020, « 94 % du chiffre d’affaires première monte du groupe a été généré par des technologies contribuant à la réduction des émissions de CO2 et à l’amélioration de la sécurité ».

JPEG - 3.3 Mo
A l’image de Continental, les équipementiers Tier 1 font une démonstration de force sur le salon automobile de Shanghai.

Voir aussi :

En partenariat avec le En partenariat avec CNPA
A la une
La quotidienne Auto-infos