Les Français encore peu renseignés sur l’électrique

Publié le par

Selon un sondage d’Harris Interactive commandé par Auto Moto, les Français ne sont certes pas réticents aux véhicules électrifiés mais montrent cependant une certaine méconnaissance du marché.

 Les Français encore peu renseignés sur l’électrique

Pour le magazine Auto Moto, Harris Interactive a interrogé du 21 au 31 août un échantillon de 1 002 conducteurs sur leur intérêt envers les véhicules hybrides et électriques. Première constatation : les Français connaissent mal ce marché, surtout celui de l’électrique. 41 % des sondés ont admis qu’ils étaient incapables de citer spontanément un modèle ou une marque de véhicule électrique et seuls 19 % ont déjà eu l’occasion d’en tester un, que ce soit en tant que conducteur ou passager.

Rien d’étonnant donc à ce que les Français aient jugé à 36 % l’offre actuelle de véhicules électriques encore insatisfaisante et insuffisante. 36 % d’entre eux ont estimé qu’elle répond aux besoins et 31 % qu’elle était assez complète.

Plus de 580 kilomètres d’autonomie pour convaincre

En revanche, les personnes interrogées ont une idée assez claire sur les caractéristiques d’un modèle électrique. En moyenne, ils ont estimé leur autonomie à près de 300 kilomètres contre, en réalité, une autonomie réellement disponible aujourd’hui de 200 kilomètres. S’ils ont une bonne idée du temps de recharge, 7 heures de moyenne, ils ont en revanche surévalué le prix d’un modèle électrique à 19 719 euros alors que la vraie moyenne se limite à 17 600 euros.

Leurs attentes en matière de mobilité électrique se révèlent plutôt réalistes : les automobilistes interrogés attendent d’un modèle électrique une autonomie moyenne de 587 kilomètres, pour un temps de charge de 3 heures et un budget de 14 000 euros. Des chiffres de bon augure pour ce marché.

Des Français prêts à payer plus chers

Par ailleurs, les Français, selon ce sondage, se montrent assez ouverts aux véhicules électriques et hybrides. Si tant est que ces derniers soient considérés comme plus respectueux de l’environnement, 69 % d’entre eux se sont dits prêts à payer plus cher pour en acquérir un. Et les intentions d’achat sont d’autant plus fortes concernant l’hybride : ainsi cette technologie est envisagée à court terme au même niveau que l’essence en gagnant respectivement 72 et 71 % des intentions d’achat. Plus étonnant, l’électrique séduit près d’un Français sur deux (48 %), devançant même le diesel (45 % des intentions d’achats).

Des écueils subsistent tout de même à l’achat de ces modèles 100 % électrique. Premier critère, l’autonomie (95 %), puis l’accessibilité aux bornes de recharge (94 %) et enfin le temps de charge (92 %). Les infrastructures adaptées, les économies réalisées, la baisse du prix et les aides à l’achat jouent aussi un rôle déterminant. 41 % des Français estiment ainsi que ces conditions seront réunies d’ici à 2025 et seront suffisamment attractives pour remplacer les modèles actuels.

En partenariat avec le En partenariat avec CNPA
A la une
La quotidienne Auto-infos