Les automobilistes se sentent moins en sécurité sur les routes en 2018

Publié le par

Les automobilistes se sentent moins en sécurité sur les routes en 2018

En 2018, les automobilistes se sentent moins en sécurité sur les routes (62% vs 66% en 2017). C’est le résultat du 14ème Baromètre Axa Prévention.

76% des français défavorables à l’abaissement à 80 km/h

Alors que la vitesse excessive ou inadaptée reste la première cause de mortalité routière, 8 Français sur 10 jouent toujours avec la pédale d’accélération. Ils sont décidément sourds aux dangers de la vitesse au volant à tel point que 76% d’entre eux ne sont pas favorables à l’abaissement de la vitesse autorisée à 80km/h sur le réseau secondaire au 1er juillet. Rouler trop vite reste résolument un mal français.

Pour la 14ème édition de son Baromètre, AXA Prévention a sondé pour la première fois les Français sur le partage de la route. Plus de 9 sur 10 estiment que les rapports entre les Français sur la route ne s’améliorent pas. Automobilistes, conducteurs de deux-roues motorisés, cyclistes, piétons, utilisateurs de glisse urbaine, nous ont révélé les 5 pratiques les plus dangereuses qui nuisent à leur cohabitation. L’usage du smartphone au volant apparaît comme le premier danger (66%). Les automobilistes réclament donc un durcissement des sanctions à son encontre. Et cela, même si paradoxalement ils sont 38% à l’utiliser au volant.

Téléphone & alcool au volant : la prise de conscience

En 2018, on utilise moins son téléphone au volant (38% téléphonent vs 47% en 2017). Ce comportement demeure néanmoins le plus agaçant pour les automobilistes (59%) ! D’ailleurs 69% des conducteurs considèrent qu’il est indispensable de sanctionner son usage avec plus de rigueur.
Quant à la sensibilisation des effets de l’alcool au volant, c’est le domaine de prévention jugé comme prioritaire par les Français. 64% des conducteurs sont favorables à la nouvelle mesure sur la mise en place d’un éthylotest anti-démarrage (EAD) pour éviter les récidives, 38% pensent même qu’elle devrait être appliquée à tous les conducteurs. Ils sont malgré tout encore 27% à prendre le volant après avoir bu plus de 2 verres d’alcool (28% en 2017).

En partenariat avec le En partenariat avec CNPA
A la une
La quotidienne Auto-infos