Les captives représentent 71,87% du financement automobile en 2017

Publié le par

Les captives représentent 71,87% du financement automobile en 2017

Comme le confirment les chiffres du dernier Crédiscopie annuel d’Auto Infos, les captives des constructeurs grignotent encore des parts de marché sur les établissements indépendants. Ainsi en 2017, les financières des constructeurs automobiles ont enregistré un gain de trois points pour une pénétration totale de 71,87% reléguant les établissements indépendants sous la barre des 30% (28,13%).

Une production financière en hausse de 12,96%

L’ensemble des banques, indépendantes et captives, répondant à notre enquête annuelle Crédiscopie confirme une hausse de +12,96% de la production financière pour un total de 20,21 milliards d’euros (18,7 milliards d’euros en 2016). Encore une fois le marché du crédit est supérieur à l’évolution commerciale des voitures en neuve en France. Une activité tirée vers le haut par les formules de location dont le succès ne se dément pas et continue même de progresser fortement.

+27,43% pour la LOA

La location avec option d’achat pour les particuliers enregistre ainsi une évolution de +27,43% en 2017 après une évolution à deux chiffres également l’an passé (+32,2%).

Inquiétude sur la rémunération des réseaux

La rémunération des réseaux encore soutenue malgré le taux d’usure
L’activité de crédit représente une part importante de la rentabilité des réseaux de distribution. Malgré un taux d’usure divisé par deux en dix ans, les formules de LOA permettent de soutenir la rémunération des concessionnaires. Dans un contexte de bataille commerciale intense entre les captives et les établissements indépendants, celle-ci poursuit sa progression soutenue en partie par les constructeurs qui soutiennent ainsi leur réseau. Pourtant, cette année, quelques voix s’élèvent pour dire que cette rémunération pourrait avoir ses limites et qu’il ne faudrait pas que la machine s’emballe dans les années à venir.

Valeur de revente du diesel : l’inquiétude des réseaux

C’est un paradoxe mais malgré la bonne santé du crédit automobile et les bons résultats du marché français VN en 2017, l’inquiétude n’aura jamais été aussi grande dans les réseaux. En cause, les véhicules diesel, remis en cause un peu partout en Europe et en France notamment, créent une incertitude tant chez les automobilistes que les réseaux de distribution eux-mêmes. Un certain nombre d’investisseurs s’interrogent, en effet, sur le devenir de leur valeur de revente diesel. L’incertitude concernant les prochains buy-back fait peser une certaine fébrilité que les établissements financiers tentent d’apaiser tant qu’ils peuvent. Quelques établissements ont d’ailleurs anticipé cette crainte sur le diesel en baissant depuis janvier 2018 de 5 à 7 points leur VR diesel. Le diesel est un sujet qui devrait peser sur le crédit automobile pendant encore de nombreux mois au fur et à mesure qu’une transition s’opérera entre les motorisations diesel vers l’essence et l’électrique / hybride.

Vous pouvez retrouver l’ensemble de ces résultats du financement automobile en 2017 dans le supplément référence du marché Crédiscopie avec le n°1374 de mars 2018.

Voir aussi :

En partenariat avec le En partenariat avec CNPA
A la une
La quotidienne Auto-infos