Les experts s’interrogent sur leur avenir

Publié le par

Le 7e congrès de l’Alliance nationale des experts en automobile (ANEA) a mis en évidence la nécessité de se tourner vers l’automobiliste pour assurer l’avenir de la profession.

Les experts s’interrogent sur leur avenir

Le contexte général ne sourit pas vraiment aux experts. Si on peut se féliciter de voir la courbe du nombre d’accidents rester sur une tendance baissière, cette tendance ne joue pas en faveur des réparateurs et des experts. De plus, plusieurs assureurs tentent d’exclure l’expert du chiffrage des plus petits chocs, ce qui pourrait représenter une baisse significative du marché pour ces professionnels. Une récente étude prospective commandée par l’ANEA offrait d’ailleurs des scénarii peu réjouissants pour les années à venir. De quoi s’interroger sérieusement sur les nouveaux services à mettre en place pour se diversifier. Face à ce contexte, une solution semble sortir des débats de ce congrès : remettre l’automobiliste au centre de l’attention.

Aller vers l’automobiliste

Avec un marché en pleine contraction, il paraît nécessaire d’élargir ses compétences aux deux-roues mais également aux poids lourds, aux traceurs agricoles et aux véhicules industriels comme les engins de travaux publics, par exemple. Un cabinet d’expertise doit donc élargir ses domaines d’activités grâce aux spécificités de chacun. Au-delà de ce constat, les débats ayant animé ce congrès ont montré que les experts devraient sans doute se tourner vers l’automobiliste pour pérenniser leur activité. Plusieurs pistes ont été effleurées par les intervenants. Ainsi, l’accompagnement des clients dans l’achat d’un véhicule d’occasion a été évoqué. Cependant, comme l’a précisé Yvan Ruquet, expert dans le sud-ouest de la France et administrateur délégué de l’ANEA, « je doute que les particuliers effectuent la démarche mais je suis persuadé que le premier site internet qui ne proposera que des véhicules expertisés verra son audience monter en flèche ». Une réflexion qui pourrait donner des idées et qui dynamiserait l’activité des experts.

Mieux communiquer

Pour le moment, l’accompagnement des particuliers existe mais reste anecdotique. Une offre, baptisée Experveo, a notamment été concrétisée par BCA Expertise et l’ANEA a créé un service dédié aux amateurs en recherche d’un véhicule de collection. Laurent Hecquet, ancien délégué général de l’association 40 millions d’automobilistes et dirigeant du cabinet de conseil LHC, a également suggéré un rôle d’accompagnant dans l’acquisition d’un véhicule électrique neuf. Au-delà de ce service, le consultant a souligné l’indispensable ouverture vers le particulier et le manque de communication des experts envers les automobilistes. Une remarque partagée par Alain Vannereau, président délégué de l’ANEA et qui devrait faire réfléchir l’ensemble de la profession.

En partenariat avec le En partenariat avec CNPA
A la une
La quotidienne Auto-infos