Les freins de la voiture électrique

Publié le par

Les freins de la voiture électrique

Selon un sondage qui vient d’être réalisé pour l’institut Ipsos pour l’Association nationale pour le développement de la mobilité électrique (Avere), plusieurs freins ralentissent toujours le développement des ventes de véhicules électrique en France. Depuis le mois de janvier dernier, 5 415 véhicules ont été vendus.

Premier obstacle : 64 % des consommateurs sondés estiment que ce type de modèle soufre d’une autonomie restreinte. Ils sont 44 % à déclarer qu’ils porteraient plus d’intérêt aux « électriques » si elles disposaient d’une capacité de déplacement de 250 kilomètres par jour.

Second handicap : 51 % d’entre eux évoquent la problématique d’un manque de stations de recharge. 6 000 auraient été installés dans l’Hexagone, comme le précise dans ses colonnes le quotidien Aujourd’hui en France. Par ailleurs, la possibilité de recharger chez soi ne semble guère séduire le public, dans un pays qui compte 18,4 millions de logements individuels.

Troisième problème : 63 % des personnes interrogées par Ipsos estiment que le prix d’achat d’une voiture de cette catégorie est un frein. Même si 71 % des répondants ne connaissent pas le prix d’une voiture électrique où ne se sont pas renseignés sur les modalités locatives. Il existe donc un réel déficit d’information de la part des constructeurs, tant sur le front de la
tarification, qu’en matière d’indication du bénéfice d’un bonus écologique.

Dernier regret : 80 % des sondés ignorent aussi les différences de coûts d’utilisation d’une voiture à motorisation électrique, en comparaison de ceux d’un modèle à moteur thermique.

Voir aussi :

En partenariat avec le En partenariat avec CNPA
A la une
La quotidienne Auto-infos