Les futurs moteurs électrifiés par Renault et Centrale Nantes

Publié le par

Les deux partenaires ont inauguré la première chaire de recherche et d’enseignement consacrée à la performance des motorisations électriques et hybrides.

Les futurs moteurs électrifiés par Renault et Centrale Nantes

L’ambition de cette chaire mise en place pour une durée de cinq ans et dotée d’une enveloppe de 4,6 millions d’euros : élaborer des technologies de contrôle des systèmes de propulsion électriques et hybrides afin d’en optimiser la performance, mais aussi la fiabilité, la sécurité et les coûts. Une trentaine de chercheurs internationaux, de professeurs, d’ingénieurs et de doctorants s’associent aux équipes de Renault pour travailler sur trois thèmes principaux : le contrôle des moteurs électriques de traction, le contrôle et la gestion des systèmes de charge embarqués et enfin l’optimisation du potentiel énergétique des systèmes de motorisations hybrides.

Dans le prolongement des travaux de recherche, deux nouveaux parcours de formations sont proposés : une formation initiale pour les élèves ingénieurs de l’école Centrale de Nantes ou des masters internationaux consacrés à l’énergie électrique, sa gestion et son stockage et, d’autre part, une formation continue spécifique aux techniques de contrôle et d’observation de l’énergie électrique pour les salariés du groupe Renault.

Garder l’avantage sur le marché des véhicules électrifiés

Cette chaire de recherche et d’enseignement a été créée par le constructeur et la Centrale de Nantes dans un contexte où les ventes de véhicules électrifiés ne cessent de croître en Europe, et plus particulièrement en France, même si leur part dans les ventes globales de véhicules légers reste contenue. Ainsi, au premier semestre, 50 000 véhicules électriques ont été immatriculés sur le Vieux Continent, soit une hausse de 11 % par rapport à 2015. La France s’impose comme le marché le plus important en termes de volume de ventes devant la Norvège, pays dans lequel les véhicules électriques se sont octroyé 13 % de part de marché au premier semestre.
Sur ces marchés, Renault, qui détient 27 % de part de marché des véhicules légers électriques s’impose comme leader avec 100 000 véhicules vendus. La firme au losange compte bien le rester en faisant progresser la recherche via cette nouvelle chaire.

En partenariat avec le En partenariat avec CNPA
A la une
La quotidienne Auto-infos