Les mandataires sont-ils à la hauteur des concessionnaires ?

Publié le par

Après des débuts houleux, le marché de la vente automobile via mandataire a su opérer un virage. À force de services et de garanties, l’activité désormais encadrée par la loi, s’est professionnalisée.

Les mandataires sont-ils à la hauteur des concessionnaires ?

Les ventes de véhicules neufs poursuivent leur embellie avec une progression de 9,1 % en septembre (selon le Comité des constructeurs français d’automobiles), soit une hausse de 6,3 % sur l’année. Toujours attentifs à leur budget, les ménages placent le prix et la consommation de carburant parmi leurs principaux critères d’achat. Dans ce contexte, « 28 % des Français seraient susceptibles d’acheter leur nouvelle voiture sur Internet et ils seront encore plus nombreux dans les prochaines années », selon l’étude 2015 de l’Observatoire Cetelem. « L’augmentation de nos ventes en volume et en valeur prouve combien les consommateurs sont de plus en plus convaincus par une offre multimarques », estime Florian Czech, gérant de Qarson, distributeur automobile multimarques indépendant spécialisé dans la vente de véhicule 0 km, implantée à Isles-lès-Villenoy en Seine-et-Marne.

Des services contre les a priori

Pourtant, l’achat d’un véhicule neuf chez un mandataire reste entaché d’a priori. Critiqués et controversés à leurs débuts, les mandataires ont redoublé d’efforts pour être reconnus en tant que professionnels de la vente automobile dignes de confiance. Disponibilité immédiate, livraison à domicile, garantie satisfait ou remboursé, forfait LLD, reprise, font ainsi partie des services développés.
« Tous les véhicules vendus chez un mandataire sont issus de l’Union européenne, proviennent des canaux de distribution officiels, sortent des mêmes usines et bénéficient de toutes les habilitations et accréditations nécessaires pour rouler en France avec le même niveau de sécurité », souligne l’enseigne spécialisé. En revanche, les standards ou les appellations n’étant pas toujours les mêmes, des différences d’équipements peuvent apparaître en fonction du pays de provenance. La durée de couverture de la garantie constructeur en cours sera aussi un élément à prendre en compte.

Des véhicules neufs jusqu’à 6 mois

Si l’aspect commercial constitue le point fort des mandataires, avec des remises pouvant atteindre 40 %, le service après-vente ne fait en revanche pas partie de leur prérogative. «  Nous renvoyons donc nos clients vers les concessionnaires et réparateurs agréés qui ont l’obligation d’accepter les véhicules que ce soit pour une réparation ou l’entretien, et ce même après la date de fin de la garantie », poursuit le responsable.

Enfin, l’Union européenne considère comme neuf, tout véhicule de moins de 6 mois et de moins de 6 000 kilomètres. Les modèles proposés par les mandataires, comme en concession, sont souvent estampillés « véhicules neufs », « 0 km » ou « véhicules récents » après une première immatriculation administrative ou s’ils affichent des kilomètres au compteur.

Voir aussi :

En partenariat avec le En partenariat avec CNPA
A la une
La quotidienne Auto-infos