Les pompiers du 95 sollicitent l’aide du Garac

Publié le par

Le Garac a transformé une Renault Zoe électrique en outil pédagogique pour les pompiers du Val-d’Oise.

© Garac
© Garac

En France, le parc de véhicules électriques s’accroît : les pompiers doivent être formés pour intervenir lors des accidents en toute sécurité. Les clés du véhicule ont été remises au contrôleur général Vermeulen (directeur du service départemental d’incendie et de secours du Val-d’Oise) accompagné du lieutenant-colonel Le Meur, chef du groupement « citoyenneté, analyse, recherche et évolution », de l’adjudant Boursier, initiateur du projet, et du capitaine Devantoy, chef du service évolution et prospective, par Laurent Roux, directeur général du Garac, en présence des élèves et de leurs professeurs, le 12 novembre.

Faire évoluer les formations en les maintenant au plus près du parc automobile roulant est une contrainte constante des sapeurs-pompiers et tout particulièrement de leur école de formation. Or, d’après les assureurs « 42 374 voitures électriques particulières ont été vendues en 2019 (+ 38 % par rapport à 2018 - baromètre de l’Avere-France) ». Les véhicules électriques avec leur batterie peuvent présenter un danger réel en cas d’interventions d’urgence pour les intervenants comme pour les victimes.
Sur quelle voiture mieux appréhender les dangers liés à ces particularités en mettant en évidence tous les éléments de sécurité passive ainsi que les dangers afin de les reconnaître et de les identifier ? Une Renault Zoe, puisqu’ « avec 18 817 unités vendues (+ 10 % par rapport à 2018), elle ne représentait pas moins de 44 % des immatriculations de voitures électriques en France en 2019 ».

Les pompiers du 95 ont donc demandé l’aide du Garac et, sur la base d’un cahier des charges, l’École nationale des professions de l’automobile a transformé le véhicule. Grâce à leurs accès aux données technologiques des constructeurs automobiles, les élèves des terminales bac pro Construction et réparation des carrosseries ont hiérarchisé les difficultés à contourner. Une vraie collaboration et plusieurs réunions de chantier entre le Garac et le SDIS ont permis d’attendre les objectifs grâce à un vrai projet industriel : rendre visible la batterie de traction, le tunnel de passage des câbles 400V en découpant une partie du plancher et pose de plexiglass, faire apparaître les différents renforts du véhicule (pavillon, montant, portières, habitacle), découvrir la barre de renfort du tableau de bord, le calculateur et les zones de renfort sous console, et dispositifs de sous marinage, mettre en évidence des prétensionneurs ainsi que des éléments pyrotechniques, les différents capteurs des airbags conducteur et passager.
Grâce à cet outil didactique, les pompiers du SDIS vont pouvoir améliorer leurs formations et les procédures à respecter suite à un accident de la route.

En partenariat avec le En partenariat avec CNPA
A la une
La quotidienne Auto-infos