Les ventes de diesel et d’essence quasi à égalité au 1er semestre

Publié le par

Selon le Comité des constructeurs français d’automobiles (CCFA), les ventes de véhicules neufs diesel ont encore diminué en juin. La parité entre les commercialisations de modèles essence et diesel est ainsi presque atteinte.

Les ventes de diesel et d’essence quasi à égalité au 1er semestre

2016 est synonyme de véritable rupture pour le marché français du véhicule particulier neuf puisque, depuis le début de l’année, la part des modèles diesel dans les ventes totales n’a cessé de s’éroder. À titre d’exemple, en mars, les commercialisations de véhicules neufs animés par un moteur diesel n’ont jamais atteint leur plus bas niveau depuis deux ans pour représenter à peine 51 % des immatriculations totales.

L’histoire se répète en juin, mois durant lequel les diesel ont pesé pour un peu plus de 52 % des ventes globales. À titre de comparaison, en juin 2014, les diesel pesaient pour 63 % des ventes totales en juin 2015 et 65 % en juin 2014. Sur le 1er semestre, 53 % des VP neufs vendus l’ont été en diesel, contre 58 % lors de cette même période en 2015, 64 % en 2014. Le pic avait été atteint en 2012, année pendant laquelle le diesel représentait 73 % du marché total.

La part des véhicules malusés diminue

Ce lent et inexorable déclin du diesel s’accompagne d’une diminution du volume de véhicules malusés rejetant entre 131 et plus de 201 g : ces derniers ont représenté 11 % des véhicules vendus sur le 1er semestre, contre 14,6 % sur la même période de l’année précédente. Parallèlement, la proportion des modèles bénéficiant d’un bonus (de moins de 20 g jusqu’à 60 g) ont augmenté pour passer de 1 à 1,5 % entre le 1er semestre 2015 et celui de 2016. Enfin, la part des véhicules situés en zone neutre (de 61 à 130 g) continue logiquement de progresser pour atteindre 87,6 % contre 84,4 % au 1er semestre 2016.

Au global, le niveau d’émissions moyen de CO2 des véhicules particuliers s’est stabilisé à 109,75 g de CO2 sur les cinq premiers mois de l’année. Une performance qui permet à la France de s’imposer à la quatrième place des pays européens les plus vertueux, derrière la Norvège (94,16 g), le Portugal (106,07 g), et le Danemark (107,31 g) .

Voir aussi :

En partenariat avec le En partenariat avec CNPA
A la une
La quotidienne Auto-infos