Les ventes mondiales d’automobiles pourraient progresser de 9 % en 2021 selon IHS Markit

Publié le par

Alors que 2020 devrait atterrir à 76,5 millions d’immatriculations de VL dans le monde, les analystes d’IHS Markit tablent sur un rebond significatif en 2021, avec 83,4 millions de ventes, soit une progression de 9 %. Tous les détails en un clic.

© DR / PSA
© DR / PSA

Alors que l’exercice 2020 a logiquement été plombé par la crise sanitaire mondiale et les différents épisodes de confinement (76,5 millions de VL vendus selon le dernier cycle d’estimations), les experts d’IHS Markit envisagent 2021 de manière plus positive, avec une progression marquée de 9 %, soit 83,4 millions de ventes de VL dans le monde. Une prévision qui reste prudente, car elle intègre dans ses paramètres un simple début de campagne de vaccination. Une campagne qui devrait porter pleinement ses fruits sur la confiance des consommateurs en 2022, voire en 2023.

« La reprise de 2021 sera largement conditionnée par l’évolution de la pandémie et par le rythme des campagnes de vaccination. On observe encore de nombreuses restrictions dans plusieurs pays, ce qui ne stimule naturellement pas la demande. On peut estimer qu’à la mi-2021, les choses se normaliseront quelque peu », détaille Colin Couchman, directeur exécutif des prévisions VL chez IHS Markit.

JPEG - 7.4 ko
Colin Couchman, directeur exécutif des prévisions VL chez IHS Markit.

L’Europe cernée par les incertitudes

Selon Colin Couchman, l’Europe (- 24,2 %, à 13,7 millions d’unités en 2020) n’est pas la zone la plus engageante… En cause, les nouvelles restrictions prises par de nombreux pays, les conséquences du Brexit, et la menace d’une troisième vague. Cependant, les perspectives de reprise restent importantes, surtout si les gouvernements maintiennent leurs aides : + 11 % pour 15,3 millions de VL. « Le consommateur est clairement dans une position d’attente, par rapport à l’évolution du Covid, aux véhicules électriques et aux risques liés au Brexit », synthétise Colin Couchman.

Aux États-Unis, malgré un cycle structurel plus défavorable du marché automobile, les prévisions d’IHS Markit tablent aussi sur un rebond de l’ordre de + 10 %, soit 16 millions de VL, contre 14,5 millions en 2020. « Il faudra être patient, car la demande sera très vraisemblablement vigoureuse au second semestre », souligne Chris Hopson, analyste chez IHS Markit spécialisé sur le marché américain.

En Chine, l’impact de la crise a été moins fort en 2020 (23,6 millions de VL, à - 5 %) et la reprise sera donc logiquement moins marquée : + 5,6 %, à 24,9 millions d’unités. Le délai d’entrée en vigueur de certaines législations, notamment sur les nouvelles énergies (programmes NEV), laisse planer certaines incertitudes, tandis que tous les indicateurs seront au vert pour le segment premium et celui des véhicules utilitaires légers.

Pas de grosse décharge électrique

Au niveau du mix énergétique, le mouvement d’électrification en cours va naturellement se confirmer, dans la mesure où il est mû par les législations sur les trois principaux marchés mondiaux (Chine, Europe et États-Unis). Au cumul de ces trois marchés, le volume de ventes de véhicules électriques à batteries (BEV) est attendu à 2,45 millions d’unités en 2021 (5,4 % de part de marché), soit une progression de 1,7 % par rapport à 2020.

Voir aussi :

En partenariat avec le En partenariat avec CNPA
A la une
La quotidienne Auto-infos