Loi Climat : les loueurs courte durée montent au créneau

Publié le par

Les loueurs de véhicules montent au créneau afin d’être mieux intégrés dans les politiques publiques de mobilité. Alors que le projet de loi Climat et Résilience est en ce moment-même examiné à l’Assemblée nationale, ils se veulent force de proposition pour accompagner le report modal mais également accélérer l’adoption de l’électromobilité. Le secteur de la LCD estime notamment être en capacité de déployer à lui seul plus de 2 500 bornes de recharge sur le territoire.

@ Pixabay
@ Pixabay

Dans ce cadre, les loueurs de courte durée ont porté plusieurs propositions à la connaissance des députés. Ils proposent ainsi :

d’introduire la location électrique dans le Forfait Mobilité Durable (FMD), que les entreprises peuvent financer pour leurs collaborateurs, au même titre de l’autopartage ou encore l’usage du vélo.
d’intégrer la location de courte durée aux voies dédiées, à l’instar des acteurs du covoiturage, mais aussi au développement des parkings relais dans les plans de mobilité.
Ces propositions interviennent alors que la crise sanitaire a eu un impact significatif sur l’activité et l’emploi dans ce secteur, avec un taux de réservation chutant de -95% lors du pic de la crise*. Aujourd’hui, les loueurs connaissent toujours une baisse d’activité préoccupante avec un taux de -49 % et la situation demeure très délicate. La branche des métiers de la Mobilité Partagée du CNAP insiste alors sur le fait qu’« il est important de soutenir ces acteurs économiques clé de la mobilité partagée, qui s’inscrivent dans une démarche responsable de transition écologique, et qui contribuent très fortement au rayonnement de l’industrie touristique nationale, accueillant chaque année près de 15 millions de clients pour une contribution à la richesse nationale de l’ordre de 3,5 milliards d’euros par an. Les acteurs de la location de voiture représentent à eux seuls un parc roulant annuel moyen de 300 000 voitures et utilitaires. ».

Levier majeur d’accélération de l’électromobilité en France

Les loueurs rappelle également qu’ils participent très activement au verdissement du parc automobile français par la transformation de leurs flottes, en investissant dans des véhicules électriques et des infrastructures de recharge. Ils s’inscrivent ainsi comme prescripteurs en matière d’accès et de promotion du véhicule électrique : « la location de véhicule permet aux consommateurs de tester des véhicules électriques, et ainsi de développer leur attractivité auprès des usagers », souligne le CNPA.

Et pour accélérer la tendance, ils proposent aux pouvoirs publics de travailler sur un dispositif de soutien à la demande de location électrique de courte durée, qui pourrait prendre la forme d’un chèque ciblé. Parallèlement, les loueurs plaident pour le maintien du bonus à 5 000 € pour les entreprises au second semestre 2021, alors que celui-ci devrait passer à 4 000 € dès le 1er juillet prochain. Enfin, le secteur se dit mobilisé pour accélérer le déploiement des bornes de recharge, prévoyant l’installation de 2 500 bornes électriques sur le territoire. « Le maillage territorial des agences de location, ainsi que l’expertise des professionnels, représentent un atout incontournable pour permettre une couverture maximale », soulignent ces représentants.

Voir aussi :

En partenariat avec le En partenariat avec CNPA
A la une
La quotidienne Auto-infos