Louise au garage Motrio Nicolas Julienne : Jour 3 du carnet de stage

Publié le par

Louise Callouet est en stage de découverte en entreprise de classe de troisième au sein du garage Motrio de Nicolas Julienne, situé à Guimaëc, dans le Finistère. Elle poursuit le récit de cette semaine riche en enseignements.

Louise au garage Motrio Nicolas Julienne : Jour 3 du carnet de stage

Tout en remerciant Nicolas Julienne pour avoir accepté d’accueillir un stagiaire de classe de troisième en cette période troublée par la crise sanitaire, Louise Callouet nous décrit son troisième jour dans le garage Motrio de Guimaëc.

« Aujourd’hui, j’ai enfilé ma tenue et j’ai directement aidé Axel à régler un problème de poulie sur une Alfa Romeo. Selon lui, ce ne sont pas les voitures les plus faciles à réparer, tout comme les modèles américains (de nombreuses différences, dont les mesures, ce qui implique souvent d’acheter de nouveaux outils).

Les voitures qu’il préfère réparer sont les Volkswagen et les Peugeot. Il me dit pratiquer son métier par passion : d’ailleurs, il s’est entraîné à conduire dès ses 12 ans et a commencé la mécanique vers ses 14 ans.

Par la suite, Axel a réparé une serrure d’un Range Rover : c’est la troisième fois et à chaque fois sur une portière différente et pourtant, le véhicule est neuf !
Il m’a aussi montré comment il réparait un autoradio. En l’occurrence, il restait allumé même après l’extinction du moteur ce qui vidait la batterie. Une opération simple, mais il faut démonter toute la casquette du tableau de bord.

Même s’il ne se plaint pas et que l’activité ne s’est jamais totalement arrêtée, la Covid-19 a bel et bien ralenti la demande.

Lors d’une pause à 10 h 30, j’ai échangé avec Léo, le carrossier, à propos de nos goûts et nos préférences automobiles. Dans ce garage Nicolas, Axel et Leo sont des anciens employés de Renault, même s’ils ne se connaissaient pas avant d’être dans ce garage. Ils sont fans des voitures des années 80, et en particulier des 205.

Ensuite, Nicolas, Axel et Eddy ont remonté le moteur de la 206. L’après-midi, j’ai travaillé dans le cambouis, car j’ai démonté le pot d’échappement d’une Volkswagen avec l’aide de clés et j’ai remplacé quelques pièces. C’était agréable d’avoir fait du manuel.
J’ai pris une pause avec l’équipe vers 16 h 30 et j’ai regardé Eddy et Axel changer plusieurs pièces de la Volkswagen.

Je me suis changée et je suis rentrée vous écrire ce résumé. Je vous donne rendez-vous demain pour vous raconter la fin de mon stage ».

Voir aussi :

En partenariat avec le En partenariat avec CNPA
A la une
La quotidienne Auto-infos