Luca de Meo assure que Renault va atteindre son objectif cible CAFE

Publié le par

Lors de l’événement eWays et de la présentation du concept Megane eVision et de la Dacia Spring Electric, Luca de Meo a opté pour un style enthousiaste et généreux pour évoquer les premiers éléments stratégiques de relance du groupe.

© Olivier Martin-Gambier / Renault
© Olivier Martin-Gambier / Renault

La page Carlos Ghosn est définitivement tournée et cette fois, c’est le style même qui a changé : à la diplomatie bienveillante et à la profondeur d’analyse de Jean-Dominique Senard, Luca de Meo ajoute son enthousiasme communicatif, ses convictions et l’acuité de sa vision de positionnement. Gilles Le Borgne, Denis Le Vot, Gilles Normand, Ali Kassaï, Laurens van den Acker…, tout le top management de Renault a le sourire, se félicite et se taquine même. Ce n’est pas de la légèreté, personne n’élude que les temps sont rudes et que des décisions douloureuses ont été prises, mais cela traduit une ambition retrouvée et un état d’esprit enfin moins luthérien.
Lors d’une table ronde, Luca de Meo a évoqué plusieurs points importants pour la relance du groupe. Tout d’abord, il assure que Renault va respecter son objectif cible CAFE dès cette année. Il allouera prioritairement ses crédits dans l’Alliance, tout en négociant avec d’autres constructeurs intéressés.

Cap sur le segment C, C+ et sur les VE

Au niveau du plan produits, le premier mouvement consistera à resserrer la marque Renault sur les segments où il y a de la marge et où elle est légitime. Le segment C est central et le concept Megane eVision a une grande importance car il va revisiter cette gamme à partir de 2021. Et Luca de Meo de faire référence aux Megane blockbusters des années 90. Le haut de gamme n’est pas vraiment visé et le sort de l’Espace semble scellé : « Le monospace du segment D représente environ 2 % du marché européen, ce n’est vraiment pas ma priorité, même s’il y a encore des choses à envisager avec cette belle histoire. Ma priorité, c’est le segment C, C+ et les modèles électriques ».
Il envisage Dacia comme une marque à 360 degrés, pas une sous marque, et si elle doit rester accessible, elle peut s’autoriser beaucoup de choses, y compris de séduire. « C’est un pilier du groupe et elle doit utiliser les assets du groupe à une juste spécification pour pouvoir offrir aussi des prix attractifs », souligne-t-il. Par ailleurs, la marque Mobilize, focalisée sur les nouvelles mobilités et de nouveaux business model, doit permettre une ouverture à d’autres acteurs pour de nouveaux débouchés pour les produits du groupe.

Retrouver sa juste place de généraliste

Par rapport aux nouvelles réglementation, Luca de Meo juge que Renault a de la chance car il a deux leviers pour se relancer : la future génération de voitures 100 % électriques (Megane) pour concurrencer Volkswagen et les solutions E-Tech, « une divine surprise quand je suis arrivé dans le groupe » en guise de réponse à Toyota. « Pour le zéro émission, Renault a aussi deux réponses, les BEV et les véhicules à hydrogène », met-il en avant.
Au niveau de la ré-internationalisation du groupe, Luca de Meo rappelle la distribution des rôles au sein de l’Alliance, pour ne pas se disperser, et demande un peu de temps : « Au-delà des forces de Global Access, il faudra prendre le temps de bien repositionner Renault où elle doit être, une marque généraliste face à Toyota, Ford, GM ou Volkswagen ».

JPEG - 2.2 Mo
Si Luca de Meo prévient que la relance de Renault ne se fera pas en un jour, il identifie de nombreux atouts au sein de son nouveau groupe.

Voir aussi :

En partenariat avec le En partenariat avec CNPA
A la une
La quotidienne Auto-infos