Luca de Meo réaffirme les piliers de la Renaulution

Publié le par

Le directeur général de la marque au losange, accompagné d’une partie de son équipe, organisait, ce jeudi 6 mai, son premier Renault Talk. Une heure de présentation et de questions-réponses sur les transformations à venir de la marque fondée par les frères Renault en 1898.

© Olivier Martin-Gambier
© Olivier Martin-Gambier

Luca de Meo n’entend pas mener sa Renaulution dans le secret. À l’image de ce qui pratique dans les grandes entreprises de la tech (Apple, Samsung, Huawai, ...), le constructeur français a organisé la première keynote de l’ère De Meo afin de préciser, d’une manière plus concrète, les grandes étapes du plan de transformation du constructeur.

« Marque chaleureuse et humaine, Renault entre dans une nouvelle ère, soufflant un vent de modernité sur l’industrie automobile européenne », ont fait savoir les membres du constructeur présents sur scène : Luca de Meo bien sûr, mais aussi Arnaud Belloni (directeur marketing), Gilles Vidal (patron du design Renault), Gilles Le Gendre (directeur de l’ingénierie) et Fabrice Cambolive (directeur des ventes).

Ce nouveau chapitre de l’histoire – mouvementée – de la marque plus que centenaire a un nom : « Nouvelle Vague ». Un qualificatif qui cache un changement d’identité visuelle, le virage des mobilités, l’hybridation et l’électrification à marche forcée des nouveaux modèles et la fin de la course aux volumes au profit d’une meilleure rentabilité.

Nouveau logo, nouvelles campagnes de communication

Contrairement à Peugeot, Renault renouvelle son identité visuelle de manière discrète. Depuis la présentation de la Renault 5 Prototype par Gilles Vidal, le nouveau directeur du design de la marque, un losange stylisé – rappelant celui imaginé par l’artiste Vasarely – est apparu sur différents supports de communication du groupe.

« Créée en 1992 et remaniée en 2005, la dernière version de l’emblème Renault commençait à dater. Pour répondre aux enjeux d’une marque internationale moderne mais aussi à la multiplicité de ses terrains d’expression, le logo récemment révélé (plus moderne et plus vibrant) a pour ambition de faire de Renault une marque plus relationnelle. Épuré et sans signature ni typogramme, ce logo n’est pas fermé, symbolisant l’ouverture et la transparence de la marque », est-il développé dans un communiqué.

Co-développé avec l’agence Landor&Fitch, ce nouveau losange sera progressivement appliqué sur les véhicules et dans le réseau dès l’année prochaine. La nouvelle Mégane-E 100 % électrique, dont l’arrivée est prévue au cours du premier semestre 2022, sera le première modèle à l’arborer comme emblème.

On peut d’ores et déjà le retrouver à la fin des nouvelles campagnes publicitaires « ponctuées de madeleines de Proust emblématiques de la marque comme la Renault Fuego ou la chanson “Johnny & Marry” », comme en témoigne le spot ci-dessous.

Le label E-Tech sur davantage de véhicules

La bannière E-Tech regroupe désormais les motorisations 100 % électrique, hybride rechargeable et hybride de la marque. À date, six véhicules électrifiés sont disponibles dans la gamme : Clio E-Tech, Captur E-Tech, Arkana E-Tech, Captur E-Tech plug-in, Mégane E-Tech plug-in, Mégane Estate E-Tech plug-in, deux VP électriques : Twingo et Zoe et deux VUL électriques : Kangoo Z.E. et Master Z.E..

Dans un avenir proche, cette palette de motorisations électrifiées s’élargira. « Les segments supérieurs, et notamment le segment C-SUV, verront l’arrivée d’un tout nouveau moteur », indique Gilles Le Borgne. Il s’agira d’un inédit trois-cylindres 1.2 l associé à un bloc électrique délivrant 200 chevaux en hybride et 280 chevaux en hybride rechargeable avec quatre roues motrices.

À l’horizon 2030, Renault espère réaliser « neuf ventes sur dix » de véhicules électrifiés.

En partenariat avec le En partenariat avec CNPA
A la une
La quotidienne Auto-infos