Ma vie au Garac : Confinement, épisode 2 : M. Vautard, professeur de technologie automobile

Publié le par

Ma vie au Garac : Confinement, épisode 2 : M. Vautard, professeur de technologie automobile

Suite de notre petit tour des professeurs en confinement qui assurent la continuité pédagogique. Aujourd’hui, M. Vautard, Professeur de technologie automobile/Atelier Maintenance Auto, partage avec vous ses interrogations et son organisation pour faire aux multiples responsabilités qui sont les siennes.

Quelle a été votre réaction lors de l’annonce du confinement ?

M. Vautard : Quand le confinement a été décrété, je me suis dit : comment cela va-t-il se passer car nous entrons dans une période où nous devons faire passer beaucoup de CCF (Contrôle en cours de formation). Mes élèves ne sont pas encore prêts pour leurs examens CCF et les examens finaux. Je n’ai pas pu aller rencontrer tous les tuteurs de mes élèves et les évaluer en entreprise, comment vais-je faire ?
Mais à ce moment-là, je n’avais pas encore pris conscience de la dangerosité de ce virus. Car tout s’est emballé très vite confinement des écoles puis de tous. Puis, j’ai réalisé que cela était nécessaire : je pense que l’Education nationale va trouver des solutions, quant à l’aménagement des examens de nos élèves.

Comment avez-vous mis en place le rythme de travail ?

M. Vautard : Je communique beaucoup avec mes collègues binômes en technologie et à l’atelier que ce soit par mail, SMS et appels téléphoniques. Nous échangeons nos pratiques et des conseils pour avancer et pour créer au mieux cette continuité pédagogique.Pour mes terminales, je mets trois modules et trois quizz (notés) par jour sur ARGO (logiciel d’enseignement professionnel), mais je leur laisse jusqu’à la fin de semaine pour les réaliser. Car je comprends que tous les jeunes n’ont pas forcément accès à un ordinateur la journée (Mais le Garac est en train de déployer la mise à disposition et le prêt de tablettes pour que tous les élèves de Bac Pro du Lycée puissent accéder aux outils informatiques. Chaque enseignant du lycée a aussi été doté d’une tablette avant cette période de confinement. Et tout cela grâce au soutien de la région Ile de France).
Je leur ai créé un sujet bac noté en formulaire PDF et leur ai demandé aussi de m’adresser un premier jet du dossier CCF U32 (dossier de diagnostic mécanique). Je leur renvoie à tous des annotations sur chaque dossier et je fais la même chose avec les dossiers de BTS.
Pour les secondes, je me sers surtout des modules ARGO pour garder un lien avec la progression en atelier et en technologie. Je mets des modules pour le jour de notre séance d’atelier avec des quizz qui seront notés.
Pour les licences j’ai créé des formulaires PDF sur des exercices correspondant à leur progression. Je leur laisse une semaine pour réaliser l’exercice. J’ai eu le retour de tout le monde.

Quels sont vos moyens de communication ?

M. Vautard : J’utilise le logiciel ARGO qui est très bien fait. Avec des animations et des facilités de compréhension pour les élèves. Les élèves peuvent réaliser autant de fois le module qu’ils veulent et nous avons une trace sur tout ce que les élèves font. Nous visualisons le temps passé par les élèves, ce qui nous permet de voir s’ils ont réalisé le module. Et nous avons une vision de la compréhension du module par l’élève. Pour ma part je demande aux élèves de terminale de réaliser trois modules par jour et trois quizz. Ces quizz sont réalisables une seule fois et s’appuient sur ce que les élèves ont vu dans les modules. Ce qui me permet de pouvoir mettre une note à l’élève. Pour les secondes je choisis de mettre des modules et des quizz le jour où je suis sensé les retrouver à l’atelier.
Je crée des formulaires PDF pour que les élèves (terminale, licence et BTS) puissent remplir et réaliser les exercices ou compléter un cours directement sur l’ordinateur. Ce qui leur évite d’imprimer et de scanner le document pour devoir me le renvoyer.
J’utilise Google drive où nous pouvons partager avec les élèves des éléments en créant un lien, puis en transmettant ce lien via Pronote.
Je communique via Pronote, via la diffusion d’informations où je mets en copie les parents. J’ai communiqué mon adresse mail Garac à tous les élèves et parents, je communique via celle-ci pour répondre à toute question.
Pour les travaux pratiques d’atelier, tout se passe dans la théorie : à moins de démonter la voiture des parents pour s’entraîner… Je ne sais pas si les parents seront tous d’accord.

Passez-vous plus de temps sur vos préparations ?

M. Vautard : Pour mon temps de travail passer en télétravail, je ne compte pas mes heures. Beaucoup de choses sont à créer pour que les jeunes puissent travailler de chez eux et cela prend beaucoup de temps. Beaucoup de temps aussi à répondre aux mails des parents et des élèves pour diverses questions portant sur les travaux demandés. C’est bien entendu plus long de répondre à des mails qu’en présentiel à l’oral. Et bien entendu il faut surveiller le retour des travaux de tous les élèves, faire des relances et corriger tout cela. Mais cela fait partie de notre travail.
Je pense qu’il a fallu une bonne semaine pour que les jeunes comprennent que ce n’était pas les vacances. Et qu’il y avait du travail à effectuer et à rendre en temps et en heure.
Maintenant il faut essayer d’être bienveillant car tous les jeunes ne sont pas logés à la même enseigne quant à l’utilisation des outils informatiques à la maison. Et de les laisser souffler un peu, de ne pas trop les surcharger de travail. Malgré l’approche des examens qui arrivent. Mais ce que je peux dire c’est que ce soit à la maison ou au Garac, il faut relancer toujours les mêmes jeunes. Car ils n’ont pas changé.

En partenariat avec le En partenariat avec CNPA
A la une
La quotidienne Auto-infos