Ma vie au Garac : Lucas GASNIER Terminale BAC Pro Vente Auto

Publié le par

Ma vie au Garac : Lucas GASNIER Terminale BAC Pro Vente Auto

Lucas GASNIER Terminale BAC Pro Vente Auto Sous statut scolaire

Après ma 3e, j’ai voulu faire un BAC de vente en apprentissage. Comme les professeurs s’opposaient à ce que je fasse un Bac Pro et que je ne trouvais pas d’entreprise, je me suis retrouvé en seconde bac général. Je n’y trouvais aucun intérêt jusqu’à ce qu’on me parle du GARAC. C’était lors d’un week-end aux 24 heures camions avec l’Ecurie Scania. Le directeur des ventes de la marque m’a parlé du GARAC. Je me suis renseigné avec mon père : c’est une école très recommandée. Nous nous sommes rendus à une Journée Portes ouvertes. Je me suis inscrit un jeudi, j’ai eu un entretien avec la responsable de la partie Lycée. Nous avons parlé de motivation et de volonté pour réussir. J’ai dit oui tout de suite ! Le temps d’acheter des vêtements requis par la profession, j’intégrai le GARAC deux semaines avant les vacances de la Toussaint.

Mes parents me payent mes études : cela m’incite deux fois plus à réussir. Je veux leur rendre ce qu’ils font pour moi.
En entrant au GARAC, j’ai tout de suite vu que c’était très cadré. J’ai compris l’intérêt de ces règles du GARAC quand j’ai cherché mes premiers stages. C’est une façon de montrer l’intérêt que l’on porte aux gens que l’on vient rencontrer.

Nous sommes bien suivis par les professeurs. Quand on rencontre des difficultés, ils prennent toujours le temps d’expliquer et nous donnent des tuyaux pour trouver des stages.
J’ai fait les miens dans la concession AUDI ESPACE AUTO à Blois avec qui je compte garder des liens pour la suite. Pour cette année, le Directeur des ventes et moi nous sommes mis d’accord pour découvrir autre chose en Région Ile de France. J’ai donc fait mon stage de novembre chez Central Auto à Argenteuil. Ils sont spécialisés dans la vente de VO : c’est une expérience différente, mais très enrichissante.
Je suis interne au GARAC. Nous avons des heures d’études qui sont un temps de travail et de lecture en fonction de la charge de devoirs. L’Internat soude aussi bien au niveau du travail qu’au niveau camaraderie. Cela m’a appris l’autonomie, à voyager, à organiser ma vie sans « papa-maman ». En seconde, j’ai même découvert Paris avec un camarade : on finissait à midi le vendredi et on profitait de notre après-midi pour découvrir des endroits de la capitale que nous ne connaissions pas.

Par la suite je souhaite faire un BTS Négociation et digitalisation de la Relations Clients auto

Prochaine Portes ouvertes : le samedi 7 avril de 9h à 12h.

En partenariat avec le En partenariat avec CNPA
A la une
La quotidienne Auto-infos