Maintient des intentions d’achat de véhicule en France

Publié le par

Adot dévoile les résultats de son étude visant à mettre en lumière les impacts du Covid sur les intentions d’achat automobile.

© Groupe Lempereur
© Groupe Lempereur

Si la pandémie du Covid a engendré l’effondrement des marchés automobiles et transformé les modes de consommation des ménages français, il y a bien un élément sur lequel la crise n’a pas eu d’impact : le désir d’acheter une voiture (neuve ou d’occasion). Au contraire, les résultats d’une étude menée par Adot révèlent qu’avant la crise sanitaire 22 % des Français avaient l’intention d’acheter un véhicule neuf ou d’occasion. Depuis la levée du confinement, 85 % qui conservent leur projet d’achat. Après la crise, trois conducteurs de véhicules neuf sur quatre conservent leur projet (soit 25 %). Il en va de même pour les véhicules d’occasion. Près d’un acheteur potentiel d’occasion sur trois est prêt à effectuer l’achat d’un véhicule d’occasion après la crise (soit 39 %).

Les voitures hybrides plébiscitées

Par ailleurs, l’étude souligne également un intérêt croissant pour les motorisations hybrides, avec 42 % des Français plus intéressés par ce type de véhicule qu’avant la crise. L’électrique perd ainsi un peu de terrain au profit du modèle hybride suite à la crise économique, avec 21 % d’intérêt porté à ce type de véhicule. Cette tendance s’explique par la réticence des Français à prendre les transports en commun, mais également l’autonomie octroyée par les nouvelles variantes des voitures hybrides. « La sanitaire aura permis l’accélération d’une tendance de fond déjà initiée vers l’hybridation du parc automobile et nous a également rassuré sur les intentions vers un achat automobile qui se sont bien confirmées malgré un second semestre encore incertain » commente Jean-Hubert Cornet, Head of Automotive chez Adot.

Des nouvelles mesures de sécurité

Enfin, près d’un tiers des Français plébiscitent désormais la mise en place de rendez-vous sur des créneaux prédéfinis avant de se rendre au sein des espace de vente. Désormais, les concessionnaires doivent prendre en compte plusieurs impératifs qui interfèrent dans le processus d’achat : le port du masque (22 %), la désinfection des véhicules (20 %), le test drive à domicile (16 %), et la mise à disposition de désinfectant (12 %).

Voir aussi :

En partenariat avec le En partenariat avec CNPA
A la une
La quotidienne Auto-infos