Marc Hedrich (Kia France) : « Nous sommes sur un rythme de 48 000 commandes en 2019 »

Publié le par

Entretien avec Marc Hedrich, directeur général de Kia Motors France, à Francfort, à l’occasion de la présentation européenne de l’e-Soul, deuxième modèle électrique de la marque.

Marc Hedrich (Kia France) : « Nous sommes sur un rythme de 48 000 commandes en 2019 »

Auto Infos : Comment se porte Kia en ce début d’année en France ?
Marc Hedrich :
Je rappelle que nous avons enregistré une nouvelle progression à deux chiffres avec, à la clé, un troisième record : 42 300 unités pour une pénétration de 1,95 %. Notre réseau affiche une rentabilité de 1,2 % en 2018 et 1,3 % pour les distributeurs exclusifs. Au niveau de l’électrique, la gamme EcoDynamics a pesé pour 12 % de nos ventes.

A. I. : Quelle est votre votre analyse de ce premier trimestre 2019 ?
M. H. :
Nous enregistrons un recul de 197 unités sur cette période, en raison notamment de la baisse de nos volumes sur le canal des loueurs courte durée. Nous nous situons à 2 % en termes de part de marché et 2,8 % au niveau du canal des particuliers.

A. I. : Quel est le niveau de commandes sur cette période ?
M. H.
 : Nous avons enregistré un volume de 13 000 commandes sur le premier trimestre 2019. Un rythme qui pourrait nous placer à 48 000 commandes sur l’année. Nous serions donc en ligne avec nos objectifs de 46 000 immatriculations pour 2,1 % de pénétration sur le marché VP français.

A. I. : Aucune déception au niveau de ce repli en volume ?
M. H. :
Non, au contraire. Nous réalisons un très bon premier trimestre car il était important pour nous de réussir le lancement de la famille Ceed. Nous devons nous développer sur ce segment. Nous souhaitons en commercialiser 8 000 unités en 2019. Autre point intéressant pour nous : la progression des ventes du Niro avec une évolution de 80 %, ce qui devrait nous permettre d’atteindre les 9 000 unités cette année. Le mix des ventes sur les différents segments a fondamentalement changé pour Kia en France. J’ajoute que nous sommes sur un bon rythme avec le Picanto sur le segment A, avec une pénétration de 4,6 %.

A. I. : Quel est le mix de vos ventres entre les canaux particuliers et B to B ?
M. H.
 : Nous réalisons 65 % de nos ventes à particuliers. Notre part B to B est de 17 %, ce qui est encore faible. Le canal des professionnels représente notre plus important potentiel de croissance. Je pense que la gamme EcoDynamics va nous permettre de passer de 17 à 25 % de part de marché. Nous avons la chance d’avoir des véhicules électriques.

A. I. : L’électrique et l’hybride vont fortement se développer dans les deux prochaines années. Comment abordez-vous cette période ?
M. H. :
Nous ne découvrons pas l’électrique cette année comme d’autres. Notre réseau est habitué à l’électrique que nous commercialisons depuis quatre ans déjà. Nous avons déjà vendu 600 véhicules full électriques en 2018. Nous pourrions prendre en commande 5 000 e-Niro en 2019 et en livrer 3 000.

A. I. : Comment abordez-vous l’échéance de la réglementation européenne CAFE en 2020 ?
M. H. :
Nous serons prêts au niveau du groupe pour franchir cette réglementation CO2. Nos deux marques ont un vrai savoir-faire sur l’électrique. Nous sommes capables de commercialiser des véhicules électriques avec une forte autonomie comme l’e-Soul tout en les commercialisant au tarif d’une marque généraliste. Il ne manquera pas une seule voiture en 2020 pour faire nos objectifs.

Voir aussi :

En partenariat avec le En partenariat avec CNPA
A la une
La quotidienne Auto-infos