Marché VO : les professionnels profitent du coup de rabot de la prime à la conversion

Publié le par

La décision du gouvernement de raboter la prime à la conversion en juillet 2019 à la date butoir du 1er août aura provoqué un effet d’aubaine important chez les professionnels du secteur du véhicule d’occasion.

Marché VO : les professionnels profitent du coup de rabot de la prime à la conversion

Après une hausse record en juillet dernier, le marché français des voitures particulières d’occasion n’est pas retombé en août. En effet, il a progressé de 2 % pour un total de 420 730 unités immatriculées pendant cette période.

La décision du gouvernement de raboter sévèrement la prime à la conversion au 1er août aura eu des effets très bénéfiques sur le marché du véhicule d’occasion puisque depuis juillet les volumes sont en forte hausse. Ils concernent en grande partie les transactions du professionnel du secteur, en témoigne la tranche d’âge des véhicules de moins d’un an qui a progressé de plus d’un point à 9,2 % en août. Rappelons que ces véhicules récents échappent pour la plupart aux ventes entre particuliers et sont commercialisés par les professionnels. Toutefois, il est fort possible que cette embellie aux allures d’effet d’aubaine retombe sur les derniers mois de l’année.

Les ventes des professionnels en forte hausse

L’un des points marquants des ventes de véhicules d’occasion depuis 2018, et qui se poursuit en 2019, est très certainement le rajeunissement des véhicules vendus. Cette évolution se confirme en août.

Dans le détail, les immatriculations des véhicules d’occasion de moins d’un an demeurent à un niveau élevé, à 9,2 % contre 8,99 % en juillet dernier. La classe d’âge des véhicules de 1 à 5 ans progresse également d’un demi-point à 28,38 % contre 27,91 % auparavant. Les véhicules de plus de cinq ans sont, eux, en recul pour une pénétration de 62,42 % sur le marché VO français.

Au bilan des huit premiers mois de l’année 2019, le marché affiche une légère hausse de 1,3 % pour un volume total de 3 847 867 unités immatriculées pendant cette période. Les marques françaises accusent un léger recul de 0,6 % pour une pénétration de 51,87 %. Les marques étrangères tirent leur épingle du jeu sur ce marché de la seconde main avec une progression de 3,4 % pour une part de marché de 48,13 %.

Les marques françaises ont enregistré des trajectoires contrastées en août : si Citroën et DS ont progressé respectivement de 0,7 % et de 6,5 %, les marques Peugeot ( 0,1 %) et Renault (- 1,1 %) ont légèrement reculé.

Pratiquement toutes les marques étrangères ont évolué à la hausse, à l’image d’Audi (+ 4 %), de BMW (+ 8,9 %), de Dacia (+ 21,2 %), de Fiat (+ 2,9 %), de Hyundai (+ 9,4 %), de Kia (+ 16,2 %), de Mercedes (+ 4,3 %), de Mini (+ 9 %), de Seat (+ 1,5 %), de Skoda (+ 23,1 %), de Suzuki (+ 2,7 %), de Toyota (+ 6,8 %),de Volkswagen (+ 4,1 %) et de Volvo (+ 7,5 %). Les immatriculations des marques Alfa Romeo (- 5,8 %), Nissan (- 4,7 %), Ford (- 0,3 %) et Opel (- 0,3 %) ont en revanche marqué le pas au mois d’août.

Légère hausse du VUL d’occasion

Avec un total de 53 069 unités, les immatriculations de véhicules utilitaires d’occasion ont progressé de 1,6 % par rapport à la même période en 2018. Les marques françaises et étrangères ont respectivement évolué de 0,6 % et de 3,4 %.

Voir aussi :

En partenariat avec le En partenariat avec CNPA
A la une
La quotidienne Auto-infos