Marché VO : les ventes des professionnels en fort recul en novembre 2017

Publié le par

Les immatriculations de VO ont accusé un repli de - 8,7 % en novembre 2017 par rapport à la même période en 2016. Une baisse liée à un fort recul des ventes des professionnels, les véhicules de moins d’un an perdant plus d’un point à 8,23 %.

Marché VO : les ventes des professionnels en fort recul en novembre 2017

Après plusieurs mois de hausse, dont + 9,3 % en octobre dernier, le marché des voitures particulières d’occasion a connu un vrai coup de froid au mois de novembre. Les immatriculations de véhicules d’occasion ont en effet reculé de - 8,7 % à 428 822 unités. Les marques françaises ont accusé le plus fort repli (- 10,3 %), alors que le recul des marques étrangères s’établit à - 6,7 %.

Un marché à la hausse sur onze mois

Au cumul des onze premiers mois de l’année, le marché du VO a progressé de + 2,1 % pour un volume total de 5 271 439 unités immatriculées en France. Si les marques françaises ont progressé de + 0,5 %, les marques importées ont mieux tiré leur épingle du jeu avec une hausse de + 4,1 %. En termes de part de marché, les marques françaises affichent un taux de 54,06 % avec des progressions importantes pour Citroën (+ 2,1 %), DS (+ 7,2 %), Peugeot (+ 2%) et un recul de - 2 % pour Renault.

Les ventes des professionnels au plus bas

Toujours sur ce mois de novembre, les marques françaises ont reculé de - 10,3 % dont - 10,7 % pour Citroën, - 4,6 % pour DS, - 9,3 % pour Peugeot et - 11,2 % pour Renault. Le repli des marques étrangères est de - 6,7 % pour une pénétration de 46,36 %. On retiendra notamment les évolutions à la baisse des marques Alfa Romeo (- 9,3 %), Audi (- 7,5 %), BMW (- 6,7 %), Fiat (- 7,7 %), Ford (- 8,7 %), Hyundai (- 3,3 %), Mercedes (- 4,7 %), Mini (- 1,1 %), Nissan (- 7,1 %), Opel (- 11,8 %), Seat (- 9,6 %), Suzuki (- 1,7 %), Toyota (- 2 %), Volkswagen (- 9,8 %) et Volvo (- 7,4 %). Seules Dacia et Kia ont tiré leur épingle du jeu avec des hausses respectives de + 9,4 % et de + 3,6 %.

Les véhicules très récents de moins d’un an ont perdu du terrain avec une pénétration de 8,23 % contre 9,86 % au mois d’octobre. Cette évolution traduit un vrai coup d’arrêt des ventes des professionnels dont cette classe d’âge est le cœur de marché. Dans le même temps, la part de marché de la classe d’âge des véhicules de 1 à 5 ans est de 24,05 % et de 67,72 % pour la tranche d’âge de plus de cinq ans.

Le marché du VUL d’occasion en recul

Sur cette même période, les immatriculations de véhicules utilitaires d’occasion ont baissé de - 6,7 % pour un total de 62 693 unités immatriculées. Les marques françaises et étrangères ont enregistré une baisse respective de - 8,1 % et de - 3,9 %.

Voir aussi :

En partenariat avec le En partenariat avec CNPA
A la une
La quotidienne Auto-infos