Marché français du VP neuf : la part du diesel tombe à 47 %

Publié le par

En mars, les véhicules particuliers neufs vendus ont encore représenté moins de 50 % des ventes, ce qui confirme la tendance amorcée depuis le début de l’année.

Marché français du VP neuf : la part du diesel tombe à 47 %

Selon les chiffres du Comité des constructeurs français d’automobiles (CCFA) les ventes de modèles particuliers neufs en motorisation diesel n’ont jamais été aussi faibles en France. En mars, elles ont en effet à peine atteint les 47 %. Pour rappel, durant le même mois en 2016, les modèles diesel représentaient environ 52 % des ventes, une proportion qui atteignait même près de 60 % en 2015.

Sur les trois premiers mois de l’année 2017, les véhicules diesel ont ainsi pesé pour 47,40 % des ventes globales avec 256 483 unités. Cette part atteignait 52,19 % en 2016 avec 269 524 exemplaires, 58 % en 2015 et même 73 % en 2012. Ce déclin du diesel se fait au profit des modèles essence dont les ventes ont représenté depuis le début de l’année 47,24 % des commercialisations globales avec plus de 255 000 ventes, contre 223 648 en 2016, soit une part de marché de 43,31 %.

La part des modèles électrifiés en légère hausse

Parallèlement, les ventes de véhicules électrifiés poursuivent leur lente progression : les ventes d’hybrides, hybrides rechargeables inclus, ont pesé pour 3,93 % des ventes totales sur les trois premiers mois de l’année 2017 avec 21 290 unités contre 16 922 en 2016 (3,28 % de part de marché). Les modèles électriques se sont octroyé 1,37 % de part de marché contre 1,17 % en 2016 grâce aux 7 402 unités vendues. Ainsi, les modèles bénéficiant d’un bonus, soit ceux émettant de 0 à 60 g, ont représenté 1,7 % des ventes depuis le début de l’année contre 1,5 % sur la même période en 2016, tandis que les commercialisations des modèles pénalisés par un malus (entre 131 g et plus de 201 g de CO2 émis) sont restées stables. Elles ont atteint 10,6 % des immatriculations.

La proportion des véhicules situés dans la zone neutre, ceux rejetant entre 61 et 130 g, est passée de 88 % sur les trois premiers mois de l’année 2016 à 87,8 % sur la même période en 2017. La France se classe donc comme cinquième pays européen le plus vertueux avec des émissions moyennes de CO2 par véhicule 110,22 g. Le top 4 est composé de la Norvège (93,23 g), du Portugal (105,72 g), du Danemark (106,34 g) et des Pays-Bas (106,89 g).

En partenariat avec le En partenariat avec CNPA
A la une
La quotidienne Auto-infos