Marché nord-américain : PSA choisit Atlanta

Publié le par

Le constructeur automobile français a choisi Atlanta (Géorgie) pour établir son siège outre-Atlantique. Le siège sera opérationnel en février 2018.

Marché nord-américain : PSA choisit Atlanta

Une nouvelle étape du projet à 10 ans du groupe PSA était le retour du constructeur aux États-Unis. Un pas est franchi avec cette décision, officialisée hier, lundi 22 janvier, d’installer le siège du groupe à Atlanta. Un siège qui sera opérationnel au mois de février prochain.

Des personnes qualifiées rejoindront l’équipe à mesure que le groupe se développera dans les différents domaines, précise le communiqué du constructeur français. Une équipe est déjà effective pour élaborer la stratégie et veiller à sa mise en place. La décision de s’installer à Atlanta est le résultat de plusieurs mois de recherche à l’échelle nationale pour trouver le meilleur équilibre entre environnement économique, compétences et qualité de vie.

« Nous sommes ravis que le groupe PSA – deuxième constructeur automobile européen et l’un des meilleurs fournisseurs de mobilité dans le monde – ait choisi Atlanta pour son nouveau siège nord-américain, a déclaré le Gouverneur Deal après sa visite en France fin 2017. Le groupe PSA rejoint une famille qui ne cesse de grandir, une famille de constructeurs automobiles et de fournisseurs qui opèrent ici en Géorgie. Cette annonce est une grande victoire pour notre État et une nouvelle preuve de l’attractivité de notre environnement économique et de nos infrastructures. »

Un retour progressif à travers les nouvelles mobilités

Pour rappel, en avril 2016, le groupe PSA a annoncé son retour sur le marché américain avec un projet en trois étapes comme énoncé dans le plan stratégique Push to Pass : la mise en place de services de mobilité, puis des services de mobilité avec des véhicules du groupe et, enfin, la commercialisation de ses véhicules. La première étape a été initiée avec la plateforme agrégative Free2Move en octobre 2017 à Seattle et qui sera prochainement déployée dans d’autres villes américaines. Cette application permet aux utilisateurs de choisir parmi une large gamme de services de mobilité pour disposer d’une voiture, d’un scooter ou d’un vélo en partage. Un retour progressif et très étudié dans un pays où un constructeur a très vite fait de s’y brûler les ailes.

En partenariat avec le En partenariat avec CNPA
A la une
La quotidienne Auto-infos