Le marché français affiche une perte semestrielle importante

Publié le par

Le marché français affiche une perte semestrielle importante

En dépit d’un mois de juin qui a vu son étiolement se ralentir à hauteur de – 0,9 % (208 225 unités immatriculées), avec une performance positive (+ 0,9 %) des marques importées et un ressac réduit à – 1,9 % pour les constructeurs tricolores, le marché français semestriel des voitures neuves affiche une perte de volume importante. Au pointage de la fin du mois de juin, ses immatriculations (1 048 298 unités) ont ainsi diminué de – 14,4 %.

Dans cet ensemble, les ventes des trois constructeurs nationaux sont en baisse (561 865 unités) de 20,2 %, alors que celles des importateurs (486 433 unités) n’ont plongé que de – 6,7 %.

Dans le camp tricolore, c’est Peugeot qui a le plus trinqué (– 22,9 % d’immatriculations), suivi par Citroën (– 20,1 %), puis par Renault (– 19,6 %).
Chez les importateurs, nombre d’indicateurs sont aussi passés au rouge. Parmi d’autres, on note qu’Opel a perdu (42 382 unités) 25,8 % de ses clients en l’espace de six mois. Seat (13 393 unités) a aussi perdu 25,3 % de son volume sur la période, contre un taux négatif de 14,7 % pour Ford.

Il convient de noter le maintien des scores des constructeurs spécialistes des modèles haut de gamme : BMW (– 0,1 %), Mercedes (+ 4,7 %), Jaguar/Land Rover (+ 12,1 %)... ou encore Mini (+ 5,6 %). De même, le semestre a été favorable aux constructeurs coréens : + 35 % pour Hyundai et +23,4 % pour Kia...

Sans omettre la position favorable de Nissan, avec des ventes (38 504 unités) en évolution de 6,7 %. Alors que les autres Japonais sont à la peine.
Au cumul VP/ VU, le marché de janvier à fin juin (TT inclus) a permis de valider 1 255 659 immatriculations, en ralentissement de 13,4 %.

Voir aussi :

En partenariat avec le En partenariat avec CNPA
A la une
La quotidienne Auto-infos