Mazda 6, l’éternelle

Publié le par

L’heure de la retraite ne semble pas être au goût du jour pour le fleuron de la marque japonaise. La berline revient une fois de plus avec de nouveaux attributs.

Mazda 6, l’éternelle

Introduite sur le marché européen en 2002, la Mazda 6 s’est écoulée à 940 000 exemplaires à travers le monde. Avec ce nouveau restylage, le constructeur japonais s’est fixé la vente d’un millier d’unités sur le marché français en année pleine. Bien qu’il observe, depuis 2011, une perte de vitesse des ventes sur le segment medium au profit des SUV, il n’en reste pas moins confiant quant à l’avenir de son modèle : « il n’est pas exclu que la berline premium réémerge dans un futur proche », avance Philippe Geffroy, président de Mazda Automobiles France.

La nouvelle mouture sera disponible dans le réseau Mazda dès septembre prochain. Vendu à 64 % en version break, le véhicule ne s’adresse quasiment qu’aux particuliers. Un choix totalement assumé par la marque : « Ce n’est pas un produit qu’on pousse vers les flottes. Nous visons les PME, c’est la raison pour laquelle nous réalisons 28 % de ventes flottes. C’est un axe sur lequel nous voulons nous diriger, mais progressivement ». De fait, le canal des particuliers représente 72 % des parts de ventes, contre 8 % pour les sociétés et 14 % pour les loueurs. Concernant les motorisations, le bloc 2,2 litres Skyactive-D de 175 chevaux remporte 50 % des suffrages, suivi à 33 % par le moteur 2,2 litres Skyactive-D de 150 chevaux.

Des lignes repensées à l’avant et à l’arrière

La Mazda 6 revient avec une nouvelle signature stylistique puisqu’il s’agit du second restylage de la troisième génération. « C’est un produit représentatif du savoir-faire de la marque donc on ne veut pas le laisser tomber », poursuit Philippe Geffroy. Le modèle hérite de plusieurs changements notables : un design extérieur plus affiné, une ligne plus horizontale, un regard souligné, des jantes redessinées, une sellerie plus confortable et un moteur plus dynamique.

À l’avant, la grille de la calandre s’est agrandie et affiche un motif plus complexe constitué de petits blocs. Les nouveaux blocs-feux présentent une forme large et étirée grâce aux barrettes chromées qui prolongent la calandre, passant non plus au-dessus mais en-dessous des blocs optiques. À l’arrière, les deux sorties d’échappement affichent un diamètre plus grand et ont été déplacées vers les bords extérieurs du véhicule. La carrosserie est disponible en neuf coloris, parmi lesquels le Soul Red Crystal qui se substitue au Soul Red. Il est d’ailleurs difficile de rester insensible à cette nouvelle teinte tant elle est éclatante et séduisante.

Un intérieur plus luxueux et connecté

Pour la première fois sur ce modèle, des sièges ventilés avec trois niveaux de réglage ont été installés à l’avant. Deux ports USB ont été ajoutés entre les deux passagers à l’arrière. Un mélange de matériaux nobles est utilisé pour l’habitacle à l’instar du cuir, du bois et du daim. La finition Takumi, la plus prestigieuse de la gamme, est disponible avec la sellerie Nappa « Oriental Brown » qui confère à l’espace une atmosphère chaleureuse. La nouvelle Mazda 6 progresse également en termes de technologie grâce notamment au régulateur de vitesse adaptatif, l’aide au freinage intelligent, le maintient des distances et la vision à 360°. L’écran central, positionné au niveau de la partie supérieure de la planche de bord, passe de 7 à 8 pouces. À noter que celui-ci n’est tactile qu’à l’arrêt du véhicule et s’utilise en marche par le biais d’une commande située sur le tunnel central. Enfin, les finitions haut de gamme sont dotées d’un compteur numérique implanté au centre du combiné d’instrumentation.

Un panier moyen de 43 500 €

Mazda propose plusieurs moteurs dont deux blocs essence que sont le 2,0 litres Skyactiv-G 165 ch et le 2,5 litres Skyactiv-G 194 ch ; ainsi que deux blocs diesel dont le 2,2 litres Skyactiv-D 150 ch et le 2,2 litres Skyactiv-D 184 ch. Tous sont disponibles en boîte automatique et manuelle, et répondent aux exigences des normes WLTP et Euro 6d Temp. Côté tarif, le prix de vente moyen s’établit à 43 500 euros, soit entre 500 et 1500 euros supplémentaire (selon la finition) par rapport à l’ancienne mouture. En revanche, la version break sera affichée au même prix que la berline quelque soit son niveau de finition. Enfin, Mazda France a annoncé que les modèles passeront dans la septième génération à compter du deuxième trimestre 2019.

Voir aussi :

En partenariat avec le En partenariat avec CNPA
A la une
La quotidienne Auto-infos