Mercedes-Benz Vans France : « 2019 sera l’année de l’électrification »

Publié le par

Mercedes-Benz Vans ambitionne une croissance significative de ses ventes mondiales pour 2019. La dynamique viendra prioritairement des États-Unis, mais aussi de l’Europe.

Mercedes-Benz Vans France : « 2019 sera l’année de l’électrification »

Avec 421 400 utilitaires vendus à travers le monde, contre 401 000 deux ans auparavant, 2018 constitue la cinquième année de croissance consécutive pour le constructeur à l’étoile (+ 5 %). Toutes les régions commerciales ont contribué à cet exploit, abstraction faite de l’Europe. La Chine (+ 24 %), l’Australie (+ 30 %) et le Brésil (+ 29 %) enregistrent les plus fortes progressions. En revanche, l’Italie (- 7 %), le Royaume-Uni (- 7 %) et l’Argentine (- 19 %) affichent un recul des ventes sur l’année. « Cette évolution positive témoigne de la vigueur de Daimler au niveau mondial », se félicite Harry Salamon, directeur général de Mercedes-Benz Vans France.

La division utilitaires du groupe Daimler a vu ses immatriculations progresser de 2,5 % sur le marché français : 22 043 immatriculations l’année passée contre 21 500 en 2017. « Nous avons réalisé une fin d’année extraordinaire avec des ventes records, poursuit-il. C’est la preuve que nous avons un réseau performant ». Malgré une légère croissance du Sprinter en un an (+ 504 unités), celui-ci demeure le modèle phare de la gamme, aussi bien en France et qu’à travers le monde. Cette stabilité des immatriculations françaises est due au manque de production au premier semestre et à la non disponibilité de toutes les variantes (1 700 au catalogue). À moyen terme, Mercedes-Benz France s’est fixé la vente de 25 000 utilitaires dans l’Hexagone.

Électrification des VUL

« 2019 sera l’année de l’électrification, assure Stéphane Renault, directeur marketing et communication. Nous ne voulons plus seulement être un constructeur d’utilitaires mais également un fournisseur de solutions de transports globales ». Mercedes-Benz Vans a annoncé sa volonté d’offrir une version électrique de tous ses modèles d’utilitaires. Cette démarche s’inscrit dans une démarche globale de transport urbain, tant pour les livraisons de marchandises, que pour le transport de passagers. En 2012, la marque à l’étoile avait déjà commercialisé un modèle électrique qui n’avait pas rencontré le succès escompté. Quelques centaines de modèles seulement se sont écoulés. Le marché n’étant pas encore prêt à accueillir ce type de technologie.

La date du lancement commercial du eVito est prévu pour l’été 2019. Les premières livraisons arriveront dès l’automne. D’une puissance de 115 chevaux, il sera doté d’une autonomie de 150 kilomètres (100 kilomètres lors de conditions métrologiques défavorables ou chargé à plein). Pour recharger la batterie de 41 kWh, il faudra compter un temps de charge de 6 heures. Le eSprinter, lui, arrivera en fin d’année. Proposé avec un moteur de 115 chevaux, il sera équipé de 3 ou 4 batteries décuplant une autonomie de 115 ou 150 kilomètres. Le temps de charge varie entre 6 et 8 heures. Le concept Vision EQV préfigurant une version électrique de la Classe V sera présenté à l’occasion du salon de Genève en mars prochain.

Voir aussi :

En partenariat avec le En partenariat avec CNPA
A la une
La quotidienne Auto-infos