Mercedes Classe B : une alternative aux SUV ?

Publié le par

Conçue pour les familles, la Classe B sait les accueillir. Ce monospace compact est un bon compromis pour répondre au désir d’espace tout en se positionnant moins cher qu’un SUV.

Mercedes Classe B : une alternative aux SUV ?

Sur les 65 808 véhicules immatriculés en 2018 dans l’Hexagone, la Mercedes Classe B représente 10 % du volume des ventes. Destinée à une clientèle familiale, le premier modèle a été lancé en 2005, suivi six ans plus tard par la deuxième génération. Il s’en est écoulé 1,5 million à travers le monde. « Avec la Classe B, on veut proposer une alternative aux SUV et rendre le monospace plus attirant, explique l’équipe de la marque à l’étoile. L’évolution du style entre les différentes générations répond à la demande du marché. Il se veut beaucoup plus chic et intemporel  ». Côté esthétique, la nouvelle mouture dévoile des traits plus sportifs, avec une ligne de toit légèrement plongeante, se démarquant ainsi de l’univers des minivans. À l’arrière, la baguette décorative chromée accentue également l’effet de largeur.

Grâce à une augmentation de 3 cm de l’empattement et à l’abaissement de la ligne de ceinture, le sentiment d’espace à l’intérieur de l’habitacle a été décuplé par rapport au modèle précédent. À noter que le conducteur est assis 90 mm plus haut que dans une Classe A, ce qui favorise une meilleure visibilité. L’aménagement de l’intérieur est toujours aussi épuré et original, notamment grâce à l’insertion de cinq buses de ventilation rondes comparables à des turbines de l’univers aéronautique. La couleur des néons incrustés à l’intérieur peut être modifiée en fonction de l’humeur et de l’ambiance souhaitée par les passagers. 64 coloris sont disponibles.

Des équipements améliorés

À l’instar de la Classe A, le véhicule est doté de deux écrans rassemblés en un, qui se prolongent depuis le centre du tableau de bord jusque derrière le volant. Un pavé numérique situé sur la console centrale et des boutons Touch-Control, faciles d’utilisation, permettent de surfer sur l’interface. Pour 300 euros, l’écran de navigation est également équipé de la fonction réalité augmentée : comme dans les jeux vidéos, des grosses flèches bleues indiquent les virages et la direction à suivre. Une aide à la conduite appréciable notamment en milieu urbain. Notons que l’affichage tête haute est, lui, proposé en option. Maniable, le volant assure une conduite souple en toute condition et les suspensions absorbent les aspérités de la route. La commande vocale «  Hey Mercedes  » – beaucoup plus aboutie que sur la Classe A – permet une interaction divertissante entre le véhicule et ses occupants. Ces derniers peuvent, par exemple, lui demander d’activer les sièges chauffants, la météo d’une ville en particulier ou encore de changer la station de radio.

La nouvelle Classe B est proposée avec la climatisation des sièges et la fonction massage, réservées jusqu’à présent aux véhicules de segments supérieurs. Chaque conducteur peut aussi enregistrer son profil et ses réglages personnalisés. Une banquette arrière coulissante sur 14 cm arrivera à partir du mois de mai. Son absence – pour le moins surprenante – dès le lancement du véhicule serait due à un retard de livraison. Une fois les sièges rabattus, le coffre offre un espace de chargement compris entre 455 et 1 540 litres.

Diverses motorisations proposées

Disponible à la commande depuis le 3 décembre dernier, les premiers modèles seront livrés au cours du premier trimestre 2019. Par rapport au modèle précédent, la nouvelle mouture bénéficie d’un nouveau moteur efficient à la norme Euro 6d. Il est proposé avec quatre blocs essence développant au choix une puissance de 165, 120, 100 ou 80 chevaux ; mais également en trois blocs diesel : 220 d (140 ch), 200d (110 ch) et 180 d (85 ch).

Actuellement, seule la boîte automatique est disponible. La version manuelle devrait arriver courant mars. L’entrée de gamme essence est proposée à partir de 32 500 euros tandis que celle en version diesel est affichée au bas mot à 34 850 euros. Le choix des options fera nettement grimper l’addition.

Voir aussi :

En partenariat avec le En partenariat avec CNPA
A la une
La quotidienne Auto-infos