Michelin ferme son usine de La Roche-sur-Yon

Publié le par

Michelin vient d’annoncer officiellement la fermeture de son usine de pneus pour poids lourds installée à La Roche-sur-Yon. Le manufacturier promet un dispositif d’ampleur pour reclasser les salariés.

Michelin ferme son usine de La Roche-sur-Yon

Michelin vient d’annoncer officiellement la fermeture de son usine de La Roche-sur-Yon d’ici la fin de l’année 2020. Le site fabrique des pneus destinés aux poids lourds et compte 619 salariés. En plus de ces collaborateurs, 74 personnes travaillant au sein de l’usine de Cholet sont également concernées, puisque cet établissement fournit les mélanges de gomme destinés à La Roche-sur-Yon. La firme souligne que les autres usines françaises ne seront pas touchées par cette décision. La Roche-sur-Yon avait pourtant bénéficié d’un plan de relance, accompagné d’un investissement de 70 millions d’euros. Un effort collectif qui n’aura pas suffi, en raison « des difficultés du marché des pneus poids lourd haut de gamme » selon Michelin. Le fabricant français insiste sur un marché européen sans croissance, une concurrence exacerbée et un segment des marques d’entrée de gamme en progression constante. Plus globalement, cette annonce intervient quelques semaines après celle concernant l’usine allemande de Bamberg, qui cessera son activité d’ici début 2021. Cette dernière est spécialisée dans les pneus tourisme. Au-delà des difficultés rencontrées sur certains segments, ces fermetures entrent dans le cadre d’une réorganisation globale de l’entreprise, lancée récemment par la nouvelle équipe dirigeante de Bibendum.

Promesse d’accompagnement

Michelin annonce son intention d’engager des discussions avec les partenaires sociaux pour fixer les modalités d’un plan d’accompagnement des salariés, « privilégiant la mobilité volontaire afin d’éviter les départs contraints ». Le manufacturier s’engage à « proposer plusieurs postes dans les autres sites du groupe en France » grâce aux « nombreux départs en retraite prévus dans les prochaines années » et aux « besoins de recrutement ». Michelin souhaite également accompagner la reconversion professionnelle des salariés qui quitteront l’entreprise. La firme promet aussi « une initiative novatrice de transformation du site permettant le développement d’activités durables au service de la politique économique de la ville, du département et de la région ». Pour financer l’ensemble de ces dispositifs, Bibendum a prévu de provisionner 120 millions d’euros.

Voir aussi :

En partenariat avec le En partenariat avec CNPA
A la une
La quotidienne Auto-infos