Mitsubishi met la Space Star sur orbite

Publié le par

La nouvelle citadine du constructeur japonais est commercialisée à partir de 9 690 euros. Mitsubishi compte en vendre 1 000 exemplaires en France cette année.

Mitsubishi met la Space Star sur orbite

Lancée sur le marché depuis le début du mois de mars, la Space Star a vocation à se positionner aux frontières des segments A et B du marché européen. Sa cible principale est celle des petites berlines économiques que l’on retrouve sur le second nommé. Entre 2010 et 2015, son volume de ventes devrait avoir grimpé de 33 %. En Europe, ce segment B génère près du quart des immatriculations de véhicules neufs. En 2013, la Space Star, qui sera en concurrence frontale avec la Nissan Micra, la Suzuki Splash, la Skoda Citigo et autres Fiat Panda ou Renault Twingo, devrait être livrée, en France, à hauteur d’un millier d’exemplaires. Son rôle est stratégique, Mitsubishi va ainsi élargir la palette de son offre de produits sur le marché hexagonal. Les distributeurs pourront désormais proposer aux clients possédant un Pajero ou un Outlander une seconde automobile familiale… Cette petite citadine peut être une arme supplémentaire pour fidéliser les clients.

Compacte et légère

Fabriquée en Thaïlande dans une usine pouvant produire 120 000 unités par an (dont 20 000 destinées à l’Europe), la Space Star entend construire sa différence
en misant d’abord sur son ADN. Longue de 3,71 mètres, la Space Star est capable de transporter cinq personnes. Très compacte (elle revendique un Cx de 0,27), la Space Star est plus légère que l’ensemble des autres modèles de sa catégorie. La petite citadine ne pèse en effet que 845 kg à vide, soit 120 kg de moins que sa devancière, la Colt. Proposée en trois niveaux d’équipement (In, Invite et Intense), la Space Star annonce un niveau moyen de consommation de carburant de 4 litres aux 100 kilomètres et un taux d’émission de CO2 de 92 grammes aux 100 kilomètres. Ce ratio lui permet de prétendre, en France, à un bonus écologique de 200 euros. Il convient d’ajouter que Mitsubishi propose une motorisation Stop & Go dès le deuxième niveau de finition. Ces avantages sont à associer aux qualités de ses motorisations, à savoir deux nouveaux moteurs essence de 3 cylindres à faible poids et à haut rendement énergétique. Ces blocs sont associés à une boîte de vitesse manuelle de cinq rapports. À moyen terme, elle devrait être équipée d’une transmission de type CVT. Cette dernière est déjà disponible sur les versions destinées au marché japonais.

À bord

La petite « Mitsu » bénéficie d’un habitacle où l’ergonomie n’est pas un vain mot et dont les matériaux s’avèrent d’honnête qualité. Avec, en prime, un tableau de conduite ludique intégrant un indicateur d’éco-conduite. Elle dispose d’un coffre de 235 litres spacieux pour sa catégorie et d’une zone arrière où la place n’est pas comptée. Sans oublier la présence d’une caméra de recul particulièrement appréciée en zone urbaine.

Sur route

Outre le fait que son coût d’usage semble économe, la Space Star a encore un autre atout : celui d’un comportement routier irréprochable. Cela s’explique par un bon équilibre du véhicule, l’efficacité des suspensions à éléments Macpherson avec barre stabilisatrice, l’efficacité de sa direction, la présence de divers équipements de sécurité active (ABS, EBD, ASCT, contrôle de trajectoire et système d’anti-patinage, etc.). Outre un bon niveau d’équipements de sécurité passive, la Space Star reçoit de série six airbags.

Commerce

Proposée à partir de 9 690 euros pour une version In dotée d’un moteur de 1 litre, son tarif grimpe à 13 990 euros pour une finition Intense équipée d’un moteur de 1,2 litre. Selon Mitsubishi, 68 % des acheteurs devraient opter pour une version équipée d’un moteur de 1 litre et 71 chevaux de cylindrée, contre 32 % pour un moteur de 1,2 litre et de 80 ch. Les représentants du constructeur japonais pensent que la petite citadine devrait conquérir une clientèle essentiellement composée de particuliers, dont 54 % de femmes. Il convient de souligner que ce véhicule devrait aussi être distribué en version électrique dès 2014. Puis, pourquoi pas, avec une motorisation hybride. Ce pari est à retenir au vu des choix technologiques du constructeur. Son concept « Global Small » n’est sans doute pas un vain mot. Succès à suivre ?

Voir aussi :

En partenariat avec le En partenariat avec CNPA
A la une
La quotidienne Auto-infos