Mondial de l’automobile : un monument qu’il faut réinventer

Publié le par

Exit le Mondial de l’auto, place au Paris Motion Festival. Serge Gachot nouveau commissaire du salon automobile de Paris, détaille les orientations de l’édition 2020.

© Auto Infos.
© Auto Infos.

Lors d’un entretien avec Serge Gachot, nouveau commissaire du salon automobile de Paris, on comprend l’ampleur des changements nécessaires et imposés à l’occasion de la prochaine édition du Mondial de l’automobile, rebaptisé Paris Motion Festival, qui aura lieu du 1er au 11 octobre 2020. Les journées presse sont, elles, programmées les 29 et 30 septembre.

« L’automobile est dans une situation difficile, reconnaît Serge Gachot. Les constructeurs sont exposés à la Chine sur un marché en retrait et, par ailleurs, ils doivent investir massivement dans l’électromobilité. Certains constructeurs sont tentés de couper dans les dépenses liées aux salons de manière générale. D’autres, en revanche, veulent au contraire continuer ».

Tout a été dit sur les difficultés récurrentes des salons automobiles grand public. L’annonce récente de la réduction drastique du salon de Francfort, à travers le choix d’une autre ville en Allemagne, mais aussi les difficultés du salon de Genève qui n’accueillera qu’une quinzaine de constructeurs le mois prochain traduisent l’ampleur de la révolution qu’il faut mettre en œuvre pour survivre face à la concurrence du digital et des salons dédiés aux nouvelles technologies. Le CES de Las Vegas incarnant à travers l’électronique grand public cette évolution de l’automobile.

Réinventer un modèle autour de la vente de véhicules

Pour conserver son million de visiteurs, le prochain Paris Motion Festival s’articulera autour de trois piliers : le Paris Motor Show avec l’exposition des véhicules des constructeurs, le Moving’On, évènement B to B où les exposants équipementiers et experts de la mobilité auront la possibilité d’inviter leurs clients et, enfin, Spécial Events, une série d’évènements autour de l’automobile qui aura lieu dans Paris.

L’abandon du hall 1 pour se recentrer sur un nouveau parcours client

La principale décision prise par la nouvelle équipe formée par AMC Promotion et l’agence Hopscotch concernant le Paris Motor Show est l’abandon du mythique hall 1, qui accueillait les grands constructeurs mondiaux ainsi que les marques françaises. Deux raisons ont motivé ces profonds changements. Un souci de rentabilité tout d’abord : il est devenu nécessaire de réduire la surface d’exposition pour combler l’absence des constructeurs tout en essayant de conserver une exposition cohérente des véhicules. L’organisation s’est inspirée du salon de Genève en occupant désormais les halls 4 et 5 et le nouveau hall 6, dont une partie pour la moto au rez-de-chaussée du hall 5. À travers une grande allée, le public pourra ainsi découvrir les différents constructeurs comme c’est le cas à Genève.

Le hall 1 devrait certainement accueillir un autre évènement, hors automobile, une première également pour le Mondial de l’auto qui occupait autrefois tous les espaces de la Porte de Versailles. L’autre source d’inspiration étant le salon de Bruxelles, qui permet à la fois l’exposition des véhicules tout en assurant un maximum de commercialisation et de ventes à cette occasion.

Des essais de véhicules électriques et présentation d’une Smart City

Autre évolution notable de cette édition 2020 : l’organisation d’essais de véhicules électriques pour le grand public. Ces e-test drives seront organisés à Issy-les-Moulineaux. L’organisateur devrait également dévoiler une Smart City, ou ville du futur, qui proposera aux visiteurs une expérience des nouvelles technologies et de la mobilité.

Aucune communication sur les constructeurs avant fin mars

À la question qui fâche mais que chacun lui pose depuis plusieurs mois : quels sont les constructeurs qui seront présents en octobre prochain ? Serge Gachot ne souhaite pas répondre mais renvoie vers la communication des constructeurs eux-mêmes autour de l’évènement. Une première réponse devrait être donnée fin mars prochain à l’occasion d’une conférence de presse autour de cet évènement complètement renouvelé. Pour réussir sa mutation, le Paris Motion Festival devra attirer entre dix et quinze constructeurs pour rester un évènement à portée internationale.

Voir aussi :

En partenariat avec le En partenariat avec CNPA
A la une
La quotidienne Auto-infos