Mondial de l’automobile : une ambiance électrique sur fond d’incertitude

Publié le par

Le 120e anniversaire du Mondial de l’auto marque une mutation profonde du salon parisien, obligé de se réinventer pour incarner un secteur de la mobilité en pleine transformation.

Mondial de l'automobile : une ambiance électrique sur fond d'incertitude

La 88e édition du Mondial de l’automobile, rebaptisé Paris Motor Show, ouvrira ses portes à la presse et aux professionnels les 2 et 3 octobre prochains. L’ambiance n’est pas au beau fixe pour fêter les 120 ans de ce salon qui conserve néanmoins un fort accent international.

En raison d’une forte digitalisation des services automobiles, le Mondial doit réussir sa profonde mutation afin de palier l’absence de plus d’une dizaine de constructeurs au premier rang desquels : Ford, Fiat, Volvo, Opel ou encore Volkswagen.

Une édition qui sera marquée par le véhicule électrique. En raison des objectifs drastiques en termes de réduction des émissions polluantes et notamment le CO2, les constructeurs automobiles n’ont désormais plus d’autre choix que de se jeter à corps perdu dans le développement de ces véhicules zéro émission. Un investissement qui devrait représenter plus de 74 milliards d’euros d’ici à 2023. Le tout dans un contexte incertain de retour sur investissement alors que les bornes de recharge des véhicules électriques sont encore pratiquement inexistantes dans l’Hexagone.

À cela s’ajoute le passage d’ici à janvier 2019 à la nouvelle norme d’homologation WLTP, d’ores et déjà en vigueur depuis le 1er septembre dernier... N’en jetez plus l’incertitude est totale et derrière les apparats de circonstance, l’ambiance s’annonce plutôt morose et incertaine pour cette 88e édition.

Voir aussi :

En partenariat avec le En partenariat avec CNPA
A la une
La quotidienne Auto-infos