Nissan Micra 71 chevaux : en plein dans la tendance

Publié le par

Nissan vient de lancer la motorisation essence d’entrée de gamme sur sa nouvelle Micra. Un nouveau bloc qui devrait plaire aux loueurs et aux particuliers en recherche du meilleur prix.

Nissan Micra 71 chevaux : en plein dans la tendance

Les petits moteurs ont la côte. Si le downsizing est devenu la norme dans l’industrie automobile, les propulseurs peu puissants intéressent de plus en plus de clients. Le groupe Renault-Nissan-Mitsubishi inaugure ainsi une nouvelle génération de moteur essence d’entrée de gamme. Ce 3 cylindres atmosphérique de 1 litre développe 71 chevaux pour des émissions de CO2 de 103 g/km. Il devrait remplacer progressivement le SCe 70 proposé notamment sur la Renault Twingo. Dans la nouvelle gamme Micra, ce moteur complète le IG-T 90 essence et le dCi 90. L’offre en essence est donc supérieure pour répondre à une demande favorable à ce carburant. En effet, sur le segment B, l’essence représente 56 % des ventes contre 41 % pour le diesel et 3 % pour l’électrique. Une répartition qui pèse sur le marché global puisque cette catégorie de véhicules a constitué 33 % des immatriculations VP, soit 630 000 ventes en 2016. En regardant de plus près ce segment, on s’aperçoit 68 % des véhicules vendus coûtent moins de 18 000 euros et que 90 % font moins de 100 chevaux. Parmi ces derniers, 20 % ne dépassent pas la barre des 80 chevaux. Si la majorité reste positionnée entre 80 et 100 chevaux, les puissances les moins élevées séduisent de plus en plus de clients. Le contexte réglementaire, écologique et répressif oriente progressivement les acheteurs vers des moteurs peu puissants mais des niveaux d’équipements plus élevés. « Lorsque nous avons lancé le Qashqai, nous vendions majoritairement des diesel de 150 chevaux en finition Acenta. Aujourd’hui, les clients choisissent le dCi 110 en version haut de gamme Tekna. Les préférences s’orientent vers le confort et les équipements » explique-t-on au sein de la marque.

300 000 Micra en France

Depuis 1982, 300 000 Micra ont été vendues en France à travers 4 générations. Ce succès n’a pas empêché la marque de partir d’une feuille blanche pour concevoir cette cinquième déclinaison. Seul le nom de Micra a été conservé. L’accent a été mis sur un design plus moderne et sur un niveau d’équipement plus important en série. Trois niveaux de finition sont disponibles pour les particuliers ainsi qu’une série limitée à 500 exemplaires baptisée Made in France. Cette dernière est proposée à 13 500 euros, soit l’équivalent de la version Visia d’entrée de gamme avec une dotation digne du haut de gamme (15 790 euros). Un modèle spécifique dédié aux professionnels complète la gamme. Cette Business Edition est affichée à 16 800 euros avec un équipement enrichi. « Les loueurs anticipent aujourd’hui une fiscalité qui pourrait évoluer dans les années à venir et ils s’intéressent donc à des moteurs essence de ce type » poursuit-on au sein de Nissan. La tendance est donc clairement à l’essence et aux équipements pour tous les profils de clients. Le plaisir de conduire reste donc en retrait, ce que confirme la prise en mains du modèle. Si les 71 chevaux suffisent en ville, ils se révèlent timides sur les axes rapides et absents lorsque la climatisation est en position 3 sur une échelle de 5. Un argument qui ne découragera sans doute pas des clients attirés par les 1 000 euros économisés par rapport à la motorisation supérieure.

En partenariat avec le En partenariat avec CNPA
A la une
La quotidienne Auto-infos