Nouvelle grille de rémunérations pour le réseau Opel

Publié le par

Le réseau Opel débute l’année avec une nouvelle grille de rémunérations. Une période de transition qui a valeur d’expérimentation comme l’explique Marc Bruschet, président du GNCO.

Nouvelle grille de rémunérations pour le réseau Opel

L’entrée du réseau Opel dans l’univers PSA se poursuit en ce début d’année et la nouveauté n’est pas anodine. Une nouvelle grille de rémunérations a été proposée aux distributeurs en fin d’année dernière. « Le constructeur nous a proposé une grille de rémunérations qui va dans le sens de ce qui se pratique chez Citroën et Peugeot. Nous entamons donc une phase de transition qui a valeur d’expérimentation. Nous devons piloter ça de manière intelligente avec la marque et corriger le tir si cela ne va pas », explique Marc Bruschet, président du groupement national des concessionnaires Opel (GNCO). Si le distributeur ne s’étend pas sur le contenu de cette grille, il précise cependant que « l’architecture des primes de volumes est très différente de ce que nous connaissions ». Une modification qui intervient également au moment ou le mix de la marque devrait évoluer de manière importante avec l’arrivée des SUV Crossland X et Grandland X. « Ce changement a pour objectif de réaliser davantage de volumes rentables pour le réseau et pour le constructeur » remarque le président du groupement.

Croissance pour tous

Une ambition louable pour les deux partenaires, qui pourrait également se traduire dans une réorientation des ventes vers le canal des particuliers. « PSA a plutôt une politique vertueuse en matière d’immatriculations tactiques. On peut supposer qu’il y aura une révision à la baisse chez Opel sur ce point » ajoute le distributeur. Un changement qui irait plutôt dans le bon sens, « au bénéfice des marges du réseau et de la valeur résiduelle des véhicules » souligne M. Bruschet. Au-delà de cette réorientation, l’ambition de volumes rentables est inscrite dans le plan global de restructuration d’Opel. « Il faut aider la marque à passer le seuil des 5 % de part de marché mais pas dans la précipitation. Le réseau et la marque doivent construire cette progression en fixant les délais et les points d’étapes », insiste le président du groupement. Une remarque qui traduit bien l’attention portée par le groupement aux changements souhaités par PSA et Opel France et à leurs conséquences financières.

Une concentration naturelle

Cette évolution passera également par une concentration du réseau Opel. « La concentration des réseaux est une tendance de fond et Opel est resté un peu à l’écart jusqu’à présent » reconnaît Marc Bruschet. Cependant, le président du groupement assure « qu’il n’existe pas de plan assumé par PSA pour réduire le nombre d’investisseurs ». Ce phénomène devrait s’appliquer de manière naturelle, avec des distributeurs PSA intéressés par le panneau Opel, par exemple. « Cela pourrait favoriser une meilleure couverture du territoire par la marque. Des groupes aux couleurs de PSA pourraient ouvrir des points de vente Opel et certains concessionnaires Opel pourraient profiter d’opportunités de reprises, par exemple », remarque-t-il. « Je reste convaincu que le rachat d’Opel par PSA est une très bonne chose pour le réseau Opel », conclut Marc Bruschet. Quelles que soient les conséquences pour les concessionnaires Opel, ces derniers devraient en mesurer la portée financière dans les prochaines semaines.

Voir aussi :

En partenariat avec le En partenariat avec CNPA
A la une
La quotidienne Auto-infos
Recherche