Le Moov Lab présente les entrepreneurs de demain

Publié le par

Parmi les 160 candidatures réceptionnées, seules huit ont été retenues pour intégrer la nouvelle promotion du Moov Lab. Elles seront encadrées de septembre à février 2021 avant de voler de leurs propres ailes.

© Moov Lab
© Moov Lab

C’est l’heure de la rentrée. Le Conseil national des professions de l’automobile (CNPA) et Via ID ont présenté à l’occasion d’une conférence de presse les huit entrepreneurs sélectionnés pour intégrer la sixième promotion du Moov Lab. Pendant six mois, ils auront l’opportunité de développer leurs solutions axées sur la mobilité urbaine. Aussi difficile soit-elle, la crise Covid-19 a accéléré un certain nombre de tendances et a permis de mettre au jour auprès des Français de nouvelles offres de mobilité.

« L’actualité automobile est chargée dans un contexte économique global incertain. Et c’est dans ce contexte que nous souhaitons prolonger notre dynamique. Pendant le confinement, nous avons vu que les tendances de fond que nous décelions sont en train de prendre plusieurs directions à la fois. Il y a une vraie porosité entre les diverses formes de mobilité qui se déploie. Si l’automobile reste le vecteur de déplacement dominant (90 %), elle ne doit pas pour autant rester sur le modèle que l’on connait depuis des années. Il faut jeter des parcelles entre toutes les mobilités et les enrichir. Faire en sorte que des acteurs différents, se rencontrent et s’élèvent », a souligné Xavier Horent, délégué général du CNPA.

Présentation de ces acteurs de demain :

Beev, solution créée en mars 2019 par son cofondateur Solal Botbol. L’objectif est de décarboner le quotidien des entreprises et des utilisateurs grâce au véhicule électrique. Beev prévoit de proposer des offres de location longue durée ainsi que des offres d’assurance d’ici la fin de l’année. Fort intérêt à la sortie du confinement. Constituée d’une équipe de huit personnes, la start-up compte 100 000 visiteurs par mois. À terme, Beev souhaite se positionner comme référence du véhicule électrique en France.

Swikly, start-up lancée en 2016 par Clément Toutain et son associé : l’enjeu est de sécuriser une caution en ligne afin de protéger un véhicule loué. Ce service est basé sur une empreinte de carte de banque. « On va dématérialiser le processus de l’utilisateur, le simplifier et le sécuriser ». 1 200 clients ont déjà été conquis par cette solution. Un partenariat a été fondé avec le groupe Cargo. Swikly ambitionne de devenir la référence sur le marché de la caution en ligne.

Ekstere, solution fondée il y a six mois par Marie Sappey et Philippe Masseau : la start-up a pour vocation d’être un acteur de référence sur le marché des vélos d’occasions, de favoriser l’économie circulaire et les nouveaux modes de déplacements. En résumé, « l’Argus du vélo ». Le marché est vaste et très peu d’acteurs l’occupent.

Mobility VR, présentée par Grégory Dreier, cette start-up propose une formation à distance sur à la sécurité routière.

Iscab, créée par Virginie Tran tend à simplifier la prise en charge des automobilistes dans les ateliers grâce à des bornes digitales qui permettent le dépôt et le retrait des clés 24h/24 et 7j/7. Cela supprime les files d’attente dans les ateliers après-vente et permet d’élargir leurs plages horaires. La location de la borne est estimée à 799 euros par mois.

etiQcar, David Nedelec et son co-fondateur on présenté une étiquette électronique connectée adaptée aux concessions automobile et capable de « révolutionner l’affichages des distributeurs ». Elle permet une gestion centralisée des prix à distance, l’affichage d’offres promotionnelles ou de loyers favorisant la LOA. Disponible en grand format, elle résiste aux diverses conditions météorologiques (chaleur, gèle, etc).

Betterway, Denis Saada a présenté la première carte de paiement dédiée à la mobilité en France. L’objectif est de permettre à l’entreprise de créditer un forfait dédié à la mobilité durable afin que les salariés puissent s’acheter ou louer un vélo par exemple. « On simplifie la vie de l’entreprise qui ne gère plus ce processus de façon manuelle et le salarié peut dépenser l’argent où il le souhaite ». 5 000 acteurs de mobilité sont partenaires de cette start-up.

En partenariat avec le En partenariat avec CNPA
A la une
La quotidienne Auto-infos